Comment profiter du confinement pour prendre en main ses finances ?

Le 29 octobre 2020

confinement-temps-finances-personnelles

Les Français qui ont été confinés entre le 17 mars et le 11 mai 2020 doivent composer avec un nouveau confinement prenant effet le 30 octobre à minuit et qui durera jusqu’au 1er décembre au moins. Tous les commerces jugés « non-essentiels » devront fermer et l’activité économique sera fortement ralentie. Les Français devraient encore par conséquent être nombreux à connaître une baisse, voire un arrêt brutal de leur activité professionnelle. Si certains seront tout de même bien occupés car au travail ou en télétravail, d’autres bénéficiant du chômage partiel ou déplorant une baisse ou un arrêt de leur activité pourraient s’ennuyer, d’autant que les parents ne seront pas contraints cette fois de faire l’école à la maison, les établissements scolaires restant ouverts. Peut-être alors envisagez-vous de vous mettre à la lecture ou aux jeux vidéo, ou bien préférez-vous visionner compulsivement des séries ou jouer à des jeux de société ?

Cependant, cette période un peu particulière pourrait aussi être l’occasion de remettre à plat ses finances personnelles. Et si le confinement vous offrait la possibilité de reprendre en main votre argent ? Découvrez comment se remettre sur les rails, faire une croix sur les découverts et commencer à épargner.

Profiter du confinement pour se créer un budget

confinement-creer-budget
La première des choses à faire, si vous ne l’avez pas déjà fait, c’est bien sûr de créer un budget. Vous deviendrez ainsi maître de vos dépenses et éviterez les découverts, tout en vous autorisant des achats plaisir sans culpabiliser.

Un budget ne doit en effet pas être vu comme un carcan mais comme un outil qui permet d’aborder plus sereinement ses dépenses et de s’octroyer des petits plaisirs sans que cela ne mette en péril l’équilibre de ses finances personnelles.

D’abord, listez toutes vos dépenses contraintes du mois (loyer ou mensualité de prêt immobilier, électricité, gaz, téléphone et Internet, impôts, mais aussi nourriture, vêtements, loisirs, santé). Listez ensuite toutes vos rentrées d’argent (salaire ou revenus professionnels, revenus fonciers, revenus de placements mobiliers, mais aussi aides sociales, comme les allocations familiales par exemple). En soustrayant vos dépenses de vos rentrées d’argent, vous obtiendrez votre reste à vivre.

Si le résultat est négatif, c’est que vous vivez à crédit et que vous devez absolument faire baisser vos sorties d’argent et/ou augmenter vos revenus pour rétablir l’équilibre. Si dépenses et rentrées d’argent sont quasi identiques, il faudra là aussi faire des efforts pour pouvoir épargner. Si vous gagnez bien plus que vous ne dépensez et pouvez consacrer 15 % ou plus de vos revenus à l’épargne, ne changez rien. Votre situation financière est idéale.

À titre d’exemple, les dépenses fixes doivent représenter environ 45 % de vos revenus, les dépenses variables 30 %, l’épargne 15 % et les loisirs 10 %. 

Le confinement (ou reconfinement plutôt) peut être aussi l’occasion de mettre davantage de sous de côté pour renforcer son épargne de précaution ou financer des projets de plus ou moins long terme.

Mettre en place une stratégie pour son épargne de précaution

Il est absolument nécessaire d’épargner régulièrement et donc de créer un poste de dépense dédié à cet objectif dans son budget. En effet, il est indispensable de mettre des sous de côté pour pouvoir parer à tous les imprévus. Ce fonds d’urgence ou épargne de précaution a vocation à pouvoir payer ses dépenses imprévues et urgentes comme une facture de serrurier, de garagiste, de plombier, etc. Mais vous devrez aussi épargner pour pouvoir faire face à des dépenses importantes à moyen-terme, comme l’achat d’une nouvelle voiture, le financement de vos vacances, etc.

Cette épargne, on l’aura compris, doit donc être toujours accessible. Il sera donc judicieux de mettre ces sous de côté sur un placement à capital garanti qui permet de débloquer les sommes nécessaires très rapidement.

Les livrets bancaires semblent donc la solution idéale, d’autant que ce type de placement ne comporte généralement pas de frais et sont très faciles à ouvrir. Vous pouvez opter pour un livret de l’épargne réglementée comme le Livret A ou le LDDS qui ont l’avantage d’être exonérés d’impôts et de prélèvements sociaux. Cependant, le taux de rémunération de seulement 0,50 % est très bas et le dépôt est plafonné (à 22 950€ pour le livret A et 12 000€ pour le LDDS).

Mais d’autres livrets existent, avec des taux de rémunération plus avantageux, proposés par des établissements bancaires comme le livret Distingo de PSA Banque par exemple, qui est lui fiscalisé mais qui présente l’avantage d’offrir un taux d’intérêt de 0,80 % sans frais de gestion et de comporter un plafond de 10 millions d’euros. De plus, durant certaines périodes, ce livret propose également un taux boosté allant jusqu’à 3 % ainsi qu’une prime de bienvenue de 40 euros.

Découvrez le livret Distingo sans risque et sans frais de PSA Banque*

Investir dans des placements long terme destinés à financer des projets plus lointains

Bien sûr, il conviendra aussi de consacrer une partie de son épargne à des investissements sur le long terme, afin de valoriser son capital dans la durée et ainsi financer l’acquisition de sa résidence principale ou d’un investissement locatif, financer les études de ses enfants, ou encore préparer sa retraite.

À vous ensuite de choisir les placements les plus pertinents selon vos projets, en tenant compte de votre horizon de placement mais aussi de votre profil de risque.

L’objectif reste bien sûr d’obtenir le couple rendement-risque le plus avantageux, c’est-à-dire que le placement doit offrir le meilleur rendement possible compte tenu du risque qu’il présente.

Vous pourrez pour cela par exemple investir sur les marchés actions qui, sur le long terme, constituent une classe d’actifs particulièrement intéressante avec une performance moyenne annualisée de 9,1 % sur 10 ans, 6,5 % sur 15 ans, 8,3 % sur 30 ans et 13,7 % sur 40 ans selon l’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF) à fin 2018.

Il est possible d’investir en Bourse via les supports en unités de compte d’un contrat d’assurance-vie ou bien au travers d’un PEA ou d’un compte-titres.

S’informer et se former pendant le confinement pour investir son argent




Cette période de confinement, pendant laquelle vous disposez d’un peu de temps, peut être l’occasion de s’informer et se former sur les différents placements que vous pouvez envisager. Il sera en effet judicieux de mettre ce temps à profit pour vous pencher plus en profondeur sur des thématiques d’investissement qui vous intéressent et vous concernent directement.

Ainsi, si vous projetez un achat immobilier, vous trouverez sur le web de nombreux articles sur le crédit immobilier. Idem pour l’investissement en SCPI. Vous vous posez des questions sur le bien-fondé d’ouvrir une assurance vie ou un Plan Epargne Retraite (PER) ? Nous ne pouvons que vous encourager à lire des articles sur le sujet.

Envie d’investir en Bourse ? C’est l’occasion de consacrer un peu de temps au choix d’un courtier et de se former au passage d’ordres de Bourse. Vous pourrez aussi profiter du confinement pour perfectionner votre connaissance de l’analyse fondamentale et de l’analyse graphique et ouvrir un compte démo chez un courtier en ligne. Vous trouverez également sur le web de nombreux livres blancs et pléthore de formations pour tout connaître sur l’investissement en Bourse. De quoi passer un confinement studieux et fructueux !

*Voir les conditions de l’offre sur le site de la banque

Source des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

Clemence Tanguy

Clémence Tanguy

Rédacteur Café du Patrimoine - - Site internet

Après des études littéraires et une double formation en communication à la Sorbonne et au CELSA, Clémence Tanguy travaille à la SNCF et au Conseil Général des Hauts-de-Seine avant d’intégrer l’équipe de Café de la Bourse en 2015.

Elle couvre les sujets relatifs à l’actualité macro-économique, aux crypto-monnaies, aux produits financiers, aux finances personnelles et à l’investissement en général, avec une approche pédagogique et pragmatique.

#

Derniers Dossiers


Immobilier devenir-proprietaire-rester-locataire-meilleur-choix
Immobilier
Placements
Placements