Fiscalité : tout savoir sur les impôts des particuliers en 2020

Le 04 juin 2020

impot-fiscalite-ifi-succession

À quoi servent les impôts ? À combien s’élèvera votre facture à l’administration fiscale en 2020 ? Impôt sur le revenu, impôt sur la fortune immobilière (IFI), droits de succession, fiscalité des revenus du patrimoine et des plus-values, voici un tour d’horizon de la fiscalité du contribuable français en 2020. Découvrez aussi comment remplir votre déclaration, la date butoir pour le faire et les raisons qui rendent crédible une prochaine hausse d’impôt.

À quoi servent les impôts ?

Peut-être vous demandez-vous pourquoi y a-t-il des impôts et que fait l’État de tout cet argent. Les impôts et taxes servent à financer les missions de l’État et du service public comme l’éducation des enfants, la défense du pays, l’exercice de la justice, mais aussi l’accès aux soins pour tous, le versement des retraites et les aides aux plus démunis. D’ailleurs, les retraites, l’assurance maladie et l’Éducation nationale, qui sont les trois principaux postes de dépenses, représentent plus de 55 % des dépenses publiques.  

L’impôt sur le revenu est l’un des volets du système de redistribution à la française. Les plus riches s’acquittent de l’impôt sur le revenu tandis que les moins aisés touchent des prestations sociales (prestations familiales, allocations logement, minima sociaux et prime d’activité). Ces prestations sociales contribuent pour deux tiers de la réduction des inégalités tandis que l’impôt sur le revenu y contribue pour un tiers.

Mais retenez que l’impôt sur le revenu représente seulement 7 % du total des impôts et taxes payés par les Français. On peut alors se demander quels sont les différents impôts auxquels sont soumis les particuliers et les entreprises qui permettent à l’État de remplir ses différentes missions. Outre l’impôt sur le revenu, l’État peut compter sur la TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée), principale source de recettes, mais aussi l’impôt sur les sociétés, la TIPE (Taxe sur les produits énergétiques) et d’autres contributions fiscales ainsi que des recettes non fiscales.

Comment calculer son impôt sur le revenu quand on est un particulier ?

impots-particuliers-fiscalite-2020
Les particuliers paient l’impôt sur le revenu en fonction des revenus et du nombre de parts de leur foyer fiscal. Un barème progressif s’applique selon le revenu par part dont vous trouverez le détail juste ci-dessus.

Barème de l’impôt sur le revenu 2020

Montant des revenus Taux d’imposition
Jusqu’à 10 064€ 0 %
10 065€ à 25 659€ 11 %
25 670€ à 73 369€ 30 %
73 370€ à 157 806€ 41 %
Au-dessus de 157 806€ 45 %

Avec ce système, plus les revenus sont élevés, plus le taux d’imposition qui s’applique sur ces revenus l’est aussi.

Prenons un exemple pour bien comprendre le fonctionnement du barème progressif.

Ainsi, imaginons que vous soyez un couple avec deux enfants dont l’un des conjoints gagne 60 000€ nets par an et l’autre 30 000€ nets par an. Le montant des revenus s’élève donc à 90 000 euros à diviser par 3 parts (2X1 part pour chaque adulte + 2X ½ part pour chaque enfant), ce qui correspond à 30 000 euros. La tranche marginale d’imposition de ce foyer fiscal est donc, si nous nous rapportons au tableau ci-dessus, à 30 %. Mais cela ne veut pas dire que le foyer fiscal paie 30 % sur l’ensemble de ses revenus.

Pour les revenus allant jusqu’à 10 064€, il ne paie pas d’impôt, il paie ensuite 11 % d’impôt sur les revenus allant de 10 065€ à 25 659€ et 30 % d’impôt sur les revenus allant de 25 670€ à 30 000€. Notez tout de même que ce principe de quotient familial est plafonné. Pour cette année 2020, le plafond est fixé à 1 567 euros pour la demi-part de chaque enfant. Un couple marié avec deux enfants peut donc déduire au maximum 3 134 euros d’impôt sur le revenu.

On le voit bien, le calcul de l’impôt sur le revenu est particulièrement complexe. C’est pourquoi le Ministère de l’économie et des finances met à votre disposition un simulateur de calcul de l’impôt sur les revenus.

Qui paie l’impôt sur le revenu en France ?

On comprend donc au vu du barème progressif appliqué, que tous les Français ne paient pas l’impôt sur le revenu. Alors, quels particuliers sont imposés et quels sont ceux qui ne le sont pas ? Tous les foyers fiscaux dont le revenu inférieur est à 10 064€ par part ne sont pas redevables de l’impôt sur le revenu. D’ailleurs, c’est moins de la moitié des foyers fiscaux français qui sont imposables (43 % environ pour ces dernières années) alors que l’impôt sur le revenu était payé par la majorité des Français entre les années 75 et 85 (60 % à 65 % des foyers fiscaux étaient alors concernés).

Barème de l’impôt sur le revenu : quel montant d’impôt pour les particuliers en 2020 ?




Avec la loi de finances 2020, les tranches du barème de l’impôt sur le revenu ont été profondément modifiées. Deux éléments clés ont entraîné une baisse des impôts significative pour de nombreux ménages imposables, soit environ 12 millions de foyers fiscaux : le taux d’imposition de 14 % qui passe à 11 % et la diminution des seuils de revenus des tranches d’imposition à 30 et 41 % (27 794 € à 25 659 € pour la première tranche et de 74 517 € à 73 369 € pour la deuxième). À noter : les foyers plus aisés ne profiteront d’aucune baisse d’impôt (tranche marginale à 41 % ou 45 %).

Le quotient familial a également été revalorisé en 2020. Pour le premier et deuxième enfant, la réduction d’impôt procurée par demi-part s’élève désormais à 1 567 euros.

Notez aussi que le plafond de déduction des pensions alimentaires versées à des enfants majeurs est revalorisé à 5 947 euros. Il peut donc être plus avantageux financièrement, selon vos revenus, de déduire une pension alimentaire pour vos enfants majeurs plutôt que de les inclure dans votre foyer fiscal comme étant à charge.

La taxe sur les « hauts revenus » est maintenue pour l’année 2020. En conséquence, les contribuables célibataires dont le revenu fiscal de référence dépasse les 250 000€ et les 500 000€ doivent payer cette taxe sur « les hauts revenus » supplémentaire de respectivement 3 % et 4 %. Pour les couples, les seuils de déclenchement sont à 500 000€ et 1 000 000€. Cette taxe sera maintenue jusqu’à l’imposition des revenus de l’année au titre de laquelle le déficit public des administrations publiques deviendra nul.

Quand et comment faire sa déclaration d’impôt sur le revenu ?

Le prélèvement à la source, nouveau mode de recouvrement de l’impôt sur le revenu, est effectif depuis un an déjà. Attention, cela ne signifie pas la fin de la déclaration de revenus. En effet, que vous payiez des impôts ou non, vous devez obligatoirement remplir votre déclaration de revenus. La déclaration est pré-remplie par l’administration fiscale avec les informations émanant de votre employeur, de vos intermédiaires financiers (banque, courtier en ligne, etc.) et de vous-même (vous devez en effet signaler tout changement de situation comme une naissance, un décès, un divorce, etc.).

D’un point de vue pratique, soulignons qu’en 2020, l’obligation de déclarer en ligne est généralisée. C’est même obligatoire si vous avez déclaré en ligne en 2019. Ainsi, vous ne pouvez rendre une déclaration papier que si vous avez procédé ainsi en 2019 et que votre foyer ne possède pas de connexion Internet.

Pour réaliser votre déclaration de revenus, vous devez vous connecter au site wwww.impots.gouv.fr et vous rendre dans votre espace particulier en renseignant votre identifiant ou numéro de télédéclarant et votre mot de passe. Vous n’avez pas encore d’espace particulier pour déclarer vos impôts et vous vous demandez comment créer un espace particulier pour vos impôts ? Chaque contribuable peut créer un espace particulier à l’adresse wwww.impots.gouv.fr pour déclarer ses revenus. Commencez par renseigner votre numéro fiscal à 13 chiffres qui figure sur vos déclarations de revenus, avis d’impôt sur le revenu et d’impôts locaux, etc. Ensuite, vous devrez fournir votre numéro d’accès en ligne qui figure sur la première page de votre dernière déclaration de revenus et le numéro de votre revenu fiscal de référence qui se trouve sur la première page de votre dernier avis d’impôt sur le revenu dans le cadre « Vos références ».

En cas de difficultés ou si vous avez des questions, il est toujours possible de contacter par courriel ou téléphone son centre des finances publiques ou bien de s’y rendre physiquement.

Quand doit-on rendre sa déclaration d’impôt quand on est un particulier ? La date butoir pour rendre sa déclaration d’impôt sur le revenu varie en fonction du lieu de résidence principale du foyer fiscal. Les contribuables dont la résidence fiscale se situe dans les départements 1 à 19 ont jusqu’au 4 juin ; pour les départements de 20 à 49, jusqu’au 8 juin ; pour les départements de 50 à 976, jusqu’au 11 juin. Les déclarations papier doivent-elles être envoyées au plus tard le 12 juin.

Barème de l’impôt sur la fortune immobilière : combien vais-je payer d’IFI en 2020 ?

L’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) a été remplacé en 2018 par l’impôt sur la fortune immobilière (IFI). Même si le rétablissement de l’ISF faisait partie des revendications des Gilets jaunes, en 2020, c’est bien l’IFI qui reste d’actualité. Concrètement, les barèmes restent les mêmes que pour l’ISF mais l’assiette ne concerne plus désormais que les biens immobiliers et non les biens mobiliers.

N.B. Les SCPI et OPCI, à la croisée des biens immobiliers et mobiliers, sont eux gardés dans l’assiette taxable.

fiscalite-impot-particulier

Pas de changement donc avec l’IFI, concernant le barème et l’assiette. Les patrimoines immobiliers nets imposables inférieurs à 1,3 millions au 1er janvier 2020 sont exonérés d’IFI. Rappelons que la résidence principale bénéficie d’un abattement de 30 %. Bien que le seuil d’imposition soit fixé à 1 300 001€, le barème de l’IFI s’applique dès 800 000€ de patrimoine.

Le plafonnement global est aussi toujours en vigueur : un contribuable ne peut pas payer plus de 75 % d’impôt sur l’ensemble de ses revenus nets imposables.

Valeur du patrimoine net imposable Taux d’imposition
0€ à 800 000€ 0 %
800 000€ à 1 300 000€ 0,5 %
1 300 001€ à 2 570 000€ 0,7 %
2 570 001€ à 5 000 000€ 1,00 %
5 000 001€ à 10 000 000€ 1,25 %
10 000 000€ et + 1,5 %
Consultez aussi notre article IFI : comment faire baisser la facture

Barème des droits de succession et donation : quels impôts pour les particuliers qui héritent en 2020 ?




En 2020, chaque parent bénéficie d’un abattement de 100 000€ par enfant sur les droits de donation et de succession. Cet abattement est réutilisable tous les 15 ans.

Le barème des droits de donation et succession en ligne direct n’a pas changé en 2020.

Capital à transmettre Taux d’imposition
0€ à 8 072€ 5 %
8 073€ à 12 109€ 10 %
12 110€ à 15 932€ 15 %
15 933€ à 552 324€ 20 %
552 324€ à 902 838€ 30 %
902 839€ à 1 805 677€ 40 %
1 805 677€ et + 45 %

Fiscalité des revenus financiers : quels impôts pour mes valeurs mobilières ?

En 2018, ces revenus ont connu un bouleversement majeur induit par l’application de la flat tax, un prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30 % regroupant impôt et prélèvements sociaux qui s’applique à tous les revenus du patrimoine.

Sont concernés par le PFU, tous les placements produisant des intérêts ou versant des dividendes ainsi que les plus-values de cession de valeurs mobilières.

Rappelons que le PFU est optionnel : « Les contribuables pourront toujours choisir l’imposition au barème, si c’est plus avantageux pour eux » a précisé Bruno Le Maire dans Challenges.

Quel impôt particulier choisir ?

Cependant, avec la hausse concomitante de la CSG (17,2 % depuis le 1er janvier 2018), de nombreux foyers imposables ont intérêt à utiliser cette option. Seuls les foyers fiscaux non imposés ou dont le taux d’imposition est le plus bas (11 %) auront intérêt à privilégier l’imposition au barème de l’impôt sur le revenu. Pour les autres (14 % et plus), lorsque l’imposition au barème est associée aux prélèvements sociaux à 17,2 %, on dépasse le PFU fixé lui à 30 %.

Attention : si vous renoncez au PFU, ce sera pour l’ensemble de vos revenus de capitaux : plus-values, dividendes et intérêts.

Impôt des particuliers sur les dividendes et obligations

Les revenus des dividendes et des obligations sont concernés par la flat tax. Toutefois, le contribuable a le choix entre une imposition via le PFU à 30 % ou l’impôt sur le revenu. S’il choisit la deuxième option, il peut continuer à bénéficier d’un abattement de 40 %, mais pas avec la flat tax.

Impôt des particuliers sur les produits bancaires : livret épargne, compte courant, compte à terme

Les produits bancaires comme les comptes courants rémunérés, livrets épargne ou comptes à terme sont aussi concernés par le PFU de 30 %. Là encore, les contribuables qui le souhaitent peuvent choisir de déclarer les revenus de leurs produits bancaires via l’impôt sur le revenu.

À noter que le livret A, le livret de développement durable, le compte d’épargne logement et le livret d’épargne populaire ne sont pas fiscalisés.

En revanche, le plan d’épargne logement est depuis 2018 soumis à la flat tax. C’est le cas de tous les PEL ouverts à partir du 1er janvier 2018 (les intérêts produits seront imposés au PFU dès la première année) mais le PFU sera aussi appliqué aux intérêts produits après 12 ans des anciens PEL.

Impôt sur plus value mobilière : quelle taxe sur mes gains ?

Au 1er janvier 2020, il existe deux régimes d’imposition des plus-values de cession sur valeurs mobilières : le régime de droit commun et le régime dérogatoire.

Le PFU permet de bénéficier d’une taxation unique de 30 %.

Les contribuables peuvent aussi choisir, en option, d’être fiscalisés au barème progressif de l’impôt sur le revenu pour continuer à bénéficier des abattements en vigueur s’ils ont acquis les titres avant le 1er janvier 2018.

Le régime de droit commun pour l’imposition des plus-values mobilières

La plus-value mobilière est réduite d’un abattement en fonction de la durée de détention des titres puis ajoutée à vos revenus de votre déclaration d’impôt sur le revenu.

Durée de détention Taux abattement
moins de 2 ans 0 %
de 2 à 8 ans 50 %
plus de 8 ans 65 %

Le régime dérogatoire pour l’imposition des plus-values mobilières

Dédié au groupe familial, aux titres souscrits ou acquis dans les 10 ans de leur création ou cédés par des dirigeants prenant leur retraite, le régime dérogatoire se veut incitatif : la plus-value mobilière est réduite d’un abattement majoré en fonction de la durée de détention des titres puis ajoutée à vos revenus de votre déclaration d’impôt sur le revenu.

Durée de détention Taux abattement
moins de 1an 0 %
de 1 an à moins de 4 ans 50 %
de 4 ans à moins de 8 ans 65 %
au-delà de 8 ans 85 %

Les dirigeants de PME qui vendent les titres de leur entreprise en raison de leur départ en retraite bénéficient en plus d’un abattement spécifique de 500 000 €, maintenu jusqu’au 31 décembre 2022. Attention cependant, à compter de 2018, le dirigeant optant pour l’impôt sur le revenu ne pourra pas cumuler l’abattement de 500 000 euros et les abattements pour durée de détention. Ainsi, si la plus-value est très importante, le chef d’entreprise aura donc souvent intérêt à opter pour la « flat tax ».

Les prélèvements sociaux de 17,2 % demeurent, dans le régime de droit commun et le régime dérogatoire, dus dès le premier euro. Ils sont en revanche compris dans la taxation à 30 % du PFU.

Fiscalité des revenus fonciers : quels impôts pour les particuliers bailleurs ?




Les revenus fonciers correspondent aux revenus tirés des loyers par les propriétaires bailleurs. Si vous êtes propriétaire d’un investissement locatif, vous devrez donc payer des impôts sur ces revenus. Attention, les revenus issus d’un investissement dans la pierre papier via une SCI par exemple sont aussi concernés. Le régime d’imposition dépend à la fois du type de location (meublée ou nue) et du montant de vos recettes locatives.

Imposition des revenus fonciers issus d’une location nue

Deux régimes existent : le régime réel et le régime micro-foncier.

Le régime micro-foncier

Accessible seulement si vos revenus fonciers sont inférieurs à 15 000 euros par an, il permet de bénéficier d’un abattement forfaitaire de 30 % sur vos recettes. En contrepartie, aucune déduction de charges n’est possible.

Le régime réel

Il est obligatoire dès lors que vos revenus fonciers sont supérieurs à 15 000 euros par an mais, même en-dessous de ce seuil, vous pouvez choisir ce régime. Dans ce cas, il n’y a pas d’abattement forfaitaire et c’est au contribuable qu’il revient de déterminer le montant de son revenu foncier net imposable en déduisant de ses recettes ses charges foncières supportées dans l’année.

Peuvent donc être déduits de ces revenus :

  • les frais de gestion, de garde et de procédure ;
  • les dépenses d’entretien et de réparation ;
  • les dépenses d’amélioration ;
  • les dépenses acquittées pour le compte des locataires et restant définitivement à la charge des propriétaires ;
  • les provisions pour charges de copropriété ;
  • les primes d’assurance ;
  • les impôts et taxes ;
  • les intérêts d’emprunt ;
  • les indemnités d’éviction et frais de relogement.

Est soumis au barème de l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux, le montant correspondant  à la différence entre le montant des loyers et les charges et amortissements déductibles.

Attention à bien conserver tous vos justificatifs de paiement qui seront à présenter dans le cadre d’un éventuel contrôle fiscal.

Imposition des revenus fonciers issus d’une location meublée

Pour les propriétaires ayant le statut de Loueur Meublé Non Professionnel (LMNP), le régime d’imposition varie.

Le régime micro-bic

Accessible seulement si vos revenus fonciers sont inférieurs à 70 000 euros par an, il permet de bénéficier d’un abattement forfaitaire de 50 % sur vos recettes. En contrepartie, aucune déduction de charges n’est possible.

Le régime réel

Il est obligatoire dès lors que vos revenus fonciers sont supérieurs à 70 000 euros par an mais, même en-dessous de ce seuil, vous pouvez choisir ce régime. Dans ce cas, il n’y a pas d’abattement forfaitaire et c’est au contribuable qu’il revient de déterminer le montant de son revenu foncier net imposable en déduisant de ses recettes ses charges foncières supportées dans l’année.

Peuvent donc être déduits de ces revenus :

  • les frais d’acquisition (droits d’enregistrement) et frais de notaire lorsque la location meublée débute l’année de l’acquisition du bien ;
  • les intérêts d’éventuels emprunts et frais de dossiers ;
  • les travaux d’entretien et de réparations courants ;
  • la taxe foncière ;
  • les factures de petit équipement (vaisselle, petits électroménagers, décoration, linge, etc.) ;
  • les honoraires de gestion ;
  • les frais d’assurance ;
  • les frais de tenue de comptabilité (honoraires de l’expert-comptable par exemple) ;
  • les frais de procédure en cas de litige avec un locataire ;
  • les abonnements et consommation (électricité, Internet, téléphone) dès lors qu’ils sont inclus dans le loyer.

Ce régime permet également d’amortir le logement, le matériel, le mobilier et les gros travaux (autre que travaux d’entretien et de réparation).

Là encore, sera soumis au barème de l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux, le montant correspondant à la différence entre le montant des loyers et les charges et amortissements déductibles.

Veillez également à bien conserver toutes vos factures qui serviront de justificatifs dans le cas d’un éventuel contrôle fiscal.

Plus value immobilière : quels impôts pour les particuliers qui revendent un bien immobilier ?

En 2020, les plus-values de cession de valeurs immobilières sont toujours taxées au taux de 19 % pour l’impôt sur le revenu auquel il faut rajouter 17,2 % de prélèvements sociaux, soit un taux global de 36,2 %.

Il existe un abattement pour durée de détention à partir de la 6ème année pour une exonération totale de l’impôt de plus-values pour les cessions de biens immobiliers détenus depuis plus de 22ans. En matière de prélèvements sociaux, il existe également un abattement pour durée de détention à partir de la 6ème année pour une exonération totale pour les biens détenus depuis plus de 30 ans. Le plan de relance du logement prévoit également un abattement exceptionnel de 30 % sur la plus value des terrains à bâtir.

Depuis 2013, il existe en parallèle une surtaxe sur les plus-values dépassant 50 000€ réalisées sur les cessions de résidences secondaires.

La résidence principale reste exonérée de l’impôt de plus-values.

Pour finir, les niches fiscales, bien que le mouvement des Gilets jaunes ait demandé leur abolition, n’ont pas été touchées par la loi de finances 2020. Leur plafond demeure fixé à 10 000 euros.

La crise du Covid-19 va-t-elle entraîner une hausse des impôts ?

La question est légitime et y répondre n’est pas chose aisée. La crise sanitaire a engendré une crise économique majeure et, en même temps qu’il réfléchit aux modalités du déconfinement, le gouvernement élabore plans de relance et de sauvetage des secteurs en perdition (automobile, aérien, touristique, etc.), tout comme il a auparavant fixé les modalités du confinement en même temps que celles du chômage partiel et des prêts garantis par l’État.

La réponse budgétaire à la crise aura été rapide et massive avec deux lois de finances rectificatives votées pour débloquer en urgence de l’argent public et essayer de contenir au maximum le chômage. En deux mois, le gouvernement a consacré 450 milliards d’euros à la gestion de la crise, soit 20 % du PIB. Certes, en même temps que les Français retrouvent leur liberté, on assiste à une réduction des aides étatiques. Mais les dépenses déjà engendrées sont faramineuses et qui va payer pour les milliards qui auront contribué à sauver l’économie ?

Bien que le gouvernement répète qu’une hausse d’impôt n’est pas à l’ordre du jour, on voit mal comment il pourrait en être autrement. Toutefois, rappelons que ces sommes ont été empruntées sur le marché obligataire et l’essentiel de ces emprunts ont été souscrits par la Banque Centrale Européenne (BCE) qui a d’ailleurs agi de même pour le compte de nombreux États de l’Union Européenne (UE). La BCE étant un organe de l’UE, la possibilité d’un effacement des dettes liées à la coronacrise est donc une éventualité à envisager. Cependant, ni la BCE, ni aucun des États membres, n’a communiqué sur cette éventualité. L’hypothèse la plus probable reste donc une hausse des impôts pour éponger la dette.

Quelques questions sur les impôts 2020 ?

De combien baisse mon impôt sur le revenu en 2020 ?
La modification des tranches du barème de l’impôt sur le revenu entraîne une baisse des impôts pour environ 12 millions de foyers fiscaux. Les ménages les plus aisés (dans la tranche à 41 % et 45 %) ne profiterons pas de cette baisse d’impôt. Vous pouvez connaître précisément le montant de votre baisse d’impôt en utilisant le simulateur de baisse d’impôt mis à disposition par l’administration.

À partir de combien de patrimoine dois-je payer l’IFI (Impôt sur la Fortune Immobilière) ?
Un contribuable est imposé à l’IFI ou Impôt sur la Fortune Immobilière dès lors que son patrimoine immobilier dépasse les 1,3 millions d’euros. Il existe cependant des abattements comme l’abattement de 30 % de la valeur de la résidence principale à prendre en compte dans le calcul de l’assiette taxable.

Quelle est la fiscalité des revenus du patrimoine ?
Les revenus mobiliers sont taxés au prélèvement forfaitaire unique ou flat tax qui s’élève à 30 %. Le contribuable peut aussi choisir d’être taxé au montant du barème de l’impôt sur le revenu et devra dans ce cas s’acquitter en plus de 17,2 % de prélèvements sociaux. Les revenus fonciers sont eux taxés au montant du barème de l’impôt sur le revenu + 17,2 % de prélèvements sociaux. Le propriétaire peut néanmoins bénéficier d’un abattement forfaitaire ou déduire ses charges foncières.

Comment est calculé votre taux d’imposition ?
Pour calculer votre taux d’imposition, vous devrez additionner l’ensemble des revenus de votre foyer fiscal puis le diviser par le nombre de parts du foyer fiscal. Vous obtiendrez alors votre taux marginal d’imposition. Attention, la réduction d’impôt obtenue grâce aux parts de vos enfants est plafonnée. Gardez bien à l’esprit également que l’impôt est progressif et que la tranche marginale d’imposition ne concerne pas l’ensemble des revenus.

Crédit image : Flickr

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun. 

Clemence Tanguy

Clémence Tanguy

Rédacteur Café du Patrimoine - - Site internet

Après des études littéraires et une double formation en communication à la Sorbonne et au CELSA, Clémence Tanguy travaille à la SNCF et au Conseil Général des Hauts-de-Seine avant d’intégrer l’équipe de Café de la Bourse en 2015.

Elle couvre les sujets relatifs à l’actualité macro-économique, aux crypto-monnaies, aux produits financiers, aux finances personnelles et à l’investissement en général, avec une approche pédagogique et pragmatique.

#

Derniers Dossiers


Famille retraite-comment-recuperer-argent-erreur
Placements bilan-patrimonial-gestion-patrimoine
Assurance vie assurance vie en ligne
Placements apport-cession-reinvestir