Comparatif assurance vie 2022 : guide pour choisir la meilleure assurance vie

Comparatif assurance vie 2022 : guide pour choisir la meilleure assurance vie




Découvrez notre guide Assurance vie 2022. Qu’est-ce qu’une assurance-vie ?  Comment en faire un support de la finance responsable ? Que recouvrent les appellations fonds en euros et unités de compte ? Pourquoi vous devriez absolument ouvrir un contrat d’assurance-vie ? Quels critères retenir pour choisir le meilleur ? Quid des contrats d’assurance-vie luxembourgeois ? Quels risques pour ce placement en période de crise ? Comment les éviter ? Comment investir en assurance-vie en 2022 avec l’inflation ? Toutes nos explications.

Et pour tout comprendre, retrouvez l’infographie de Café du Patrimoine : ouvrir une assurance-vie mode d’emploi, mais aussi, pour vous aiguiller dans votre choix, notre tableau comparatif des différents contrats et nos conseils en vidéo pour optimiser votre placement.

Assurance vie : qu’est-ce que c’est ?

L’assurance-vie est un contrat par lequel l’assureur s’engage, contre paiement de primes (des versements d’argent) par le souscripteur, à verser un capital à une personne déterminée (le bénéficiaire) en cas de décès de l’assuré.

Mais en France, l’assurance-vie est aussi et surtout utilisée comme un véhicule de placement. En effet, votre épargne reste à tout moment disponible. Pour la récupérer, vous devrez effectuer ce que l’on appelle dans le jargon des assureurs un « rachat ». Attention toutefois, ce dernier sera assorti d’une imposition spécifique en fonction des dates d’ouverture et de versements sur votre contrat assurance-vie ainsi que du montant global que vous possédez en assurance-vie.

La transmission aux bénéficiaires reste bien sûr possible en cas de décès de l’assuré, avec des avantages fiscaux à la clé.

Ce sont d’ailleurs les avantages fiscaux de cette enveloppe, et la diversité qui la caractérise, qui en font le placement préféré des Français. Les particuliers, en effet, apprécient de pouvoir associer placement à capital garanti avec positions plus risquées, le tout dans un cadre fiscal attractif.

Contrat d’assurance vie collectif vs individuel

Il existe deux types de contrat d’assurance-vie présents sur le marché français : le contrat assurance-vie individuel et le contrat d’assurance-vie collectif.

Le contrat d’assurance-vie individuel est conclu directement entre l’assureur et l’assuré. Son principal atout réside dans le fait que les termes et conditions du contrat ne peuvent être modifiés sans l’accord du client par la signature d’un avenant.

Le contrat d’assurance-vie collectif est conclu entre un assureur et une personne morale (banque, association…), qui va assurer le rôle de distributeur auprès des clients. Il présente un inconvénient de taille : l’assureur peut modifier à tous moments les conditions du contrat, y compris la grille tarifaire, avec l’accord du distributeur seulement. Cependant, le distributeur n’a pas intérêt à voir le produit qu’il distribue perdre en attractivité par rapport à la concurrence.

Comparatif assurance vie en ligne

De très nombreux courtiers assurance-vie proposent une assurance-vie en ligne, avec généralement un rendement du fonds euros attractif, un large choix en termes d’unités de compte et des frais très raisonnables. Découvrez dans notre tableau comparatif assurance-vie en ligne les offres 2022 de différents courtiers.

Top assurance-vie en ligneLes offres du momentVoir offres
fortuneoRendement des fonds euros 2021 : 1,30% et 1,80% (30% et 50% UC minimum)*

300€ offerts jusqu'au 31/12/22*
Découvrez
Kompoz SicavonlineRendement du fonds euros 2021 : 1,25%*

Jusqu'à 200€ offerts jusqu'au 31/12/22*
Découvrez
courtier-easybourseRendement du fonds euros 2021 : 1,10 % à 2,20 % (selon part d'UC)*

Jusqu'à 100€ offerts jusqu'au 31/12/22*
Découvrez
Darjeeling-Placement-DirectRendement du fonds euros 2021 : de 1,00 % à 2,70 % (selon montant d'encours et part d'UC)*

Jusqu'à 500€ offerts jusqu'au 31/12/22*
Découvrez
courtier-AssuranceviecomRendement du fonds euros 2021 : de 1,31% à 2,62% (selon part d’UC)*

Jusqu'à 200€ offerts jusqu'au 30/11/22*
Découvrez
LinxeaRendement des fonds euros 2021 : 1,30 % et 1,80 % (30% et 50% UC minimum)*Découvrez
courtier-bourse-directRendement des fonds euros 2021 : 0,75 % et jusqu'à 1,90 % (selon part d'UC, avec 30 % UC minimum)*Découvrez
courtier-BoursoramaRendement des fonds euros 2021 : 0,75 % et 1,35 %*Découvrez
bforbankRendement du fonds euros 2021 : 1,35 % (25% UC minimum)*Découvrez
*Voir conditions sur le site. Les unités de compte présentent un risque de perte en capital.

L’assurance vie : un support d’investissement pour la finance responsable

La finance responsable gagne du terrain en France et l’investissement dans des entreprises prenant en compte des critères extra-financiers (les fameux critères ESG) est de plus en plus plébiscité. Il était donc logique que cet engouement des particuliers comme des institutionnels pour les investissements socialement responsables se traduise par la présence de fonds labellisés ISR dans les supports en unités de compte des contrats d’assurance-vie. Le cadre réglementaire va même plus loin ! Ainsi, la loi Pacte oblige les assureurs, depuis 2020, à proposer une unité de compte (UC) labellisée ISR dans leur contrat. Notez que les fonds ainsi labellisés peuvent concerner des fonds d’investissement mais aussi des fonds immobiliers. Depuis le 1er janvier 2022, chaque assurance-vie doit en plus obligatoirement proposer une UC solidaire et une UC verte, labellisée Greenfin qui vise à mobiliser l’épargne des Français pour favoriser la transition énergétique et écologique.

Le fonds euros : l’enveloppe sécurisée de l’assurance-vie

Le fonds euros est la poche sécurisée du contrat d’assurance-vie. Majoritairement investi en obligations, son capital est garanti.

Performance des fonds euros de 2000 à 2021

performances-fonds-euros-de-2000-à-2021

Au regard des taux d’intérêt actuels, il devient de plus en plus difficile pour l’assureur de délivrer des rendements intéressants. En effet, la baisse du rendement net (hors prélèvements sociaux) des fonds en euros, même si elle a marqué un coup d’arrêt en 2018, reste problématique et est repartie à la baisse en 2019 et 2020 avant de se stabiliser de nouveau en 2021. Ainsi, le rendement net moyen du fonds euros s’est établi en 2021 à 1,30 %, contre 1,30 % en 2020, 1,40 % en 2019, 1,80 % en 2018 et 2017, 1,90 % en 2016 et 2,30 % en 2015 selon la Fédération Française d’Assurances (FFA). Soulignons par ailleurs que les prélèvements sociaux sont plus importants depuis la loi de finance 2018 avec un passage de 15,5 % de prélèvements à 17,2 %.

Cet affaiblissement du rendement était prévisible. En effet, depuis plusieurs années déjà, avec les normes Solvabilité II, les assureurs doivent investir encore davantage les encours des fonds euros dans des obligations, tirant ainsi mécaniquement les rendements à la baisse. Cependant, il ne s’agit là que de moyennes et certains assureurs arrivent à maintenir des rendements avoisinant les 2,00 % !

Fonds euros : des rendements très disparates selon les assureurs

En fait, on constate un grand écart de performance entre les différents fonds euros, le rendement des plus mauvais sous la barre des 1 % (voire même 0 % en 2021) et les fonds euros des meilleures assurance vie affichant un rendement aux alentours de 2 %. Soulignons par exemple les très bonnes performances du fonds euros de Garance épargne dont la performance s’établit à 2,75 % en 2021 ou le fonds euros de l’assurance-vie Fortuneo qui affiche en 2021 un rendement de 1,80 %.

De manière générale, il conviendra de retenir que les contrats d’assurance vie en ligne figurent parmi les meilleurs du marché en matière d’offres de fonds euros. Ils proposent en effet souvent les fonds euros affichant les meilleures performances.

Fonds euros : les différents moyens de booster son rendement

Avec un rendement décroissant depuis près de 20 ans, le fonds euros est en perte de vitesse et les contrats mono-supports ne sont aujourd’hui plus la norme. D’ailleurs, la plupart des assureurs obligent l’investisseur, au moment de la souscription, à placer sur les supports en unités de compte une partie de son capital. Le rendement du fonds euros peut d’ailleurs varier selon le pourcentage du capital détenu en UC. Plus, il est élevé, plus le rendement du fonds euros l’est aussi. Pour booster le rendement de son fonds euros, outre les bonus liés aux versements en unités de compte, il aussi possible chez certains assureurs d’augmenter le taux du fonds euros en réalisant des versements importants sur ce support. Dans ce cas, le rendement du fonds euros augmente avec les encours versés sur le fonds. Enfin, rappelons qu’il est également important de privilégier les contrats sans frais sur versements. Ces derniers peuvent en effet venir rogner considérablement la performance du fonds.

Mais les assureurs qui ont de plus en plus de mal à proposer des fonds euros qui génèrent du rendement ne se limitent plus à la carotte en incitant les investisseurs à se tourner vers les UC. Ils emploient désormais aussi le bâton. Ainsi, certains assureurs, à l’image de Suravenir avec ses fonds Suravenir Rendement et Suravenir Opportunités, font basculer leurs fonds euros existants vers des fonds euros qui ne sont plus garantis nets, mais bruts de frais. Avec cette modification, si le taux servi ne parvient pas à couvrir les frais de gestion annuels, ils pourront rogner le capital.

Consulter également notre article Comment booster le rendement de son fonds euros

Fonds euros : vers une hausse du rendement en 2022 ?

La forte inflation a obligé les banques centrales à revoir à la hausse leurs taux directeurs. Et avec la hausse des taux directeurs des banques centrales, le rendement des obligations d’Etat grimpe. Or, ce sont ces actifs qui entrent en majorité dans la composition des fonds en euros. Résultat : le rendement du fonds en euros, dès 2022, devrait lui aussi connaître une hausse. Notez tout de même qu’il est difficile d’anticiper le futur rendement du fonds euros. Selon Cyrille Chartier-Kastler, fondateur du prescripteur indépendant d’assurances Good Value for Money, le rendement moyen pourrait doubler dès 2022, ce qui permettrait au fonds euros de l’assurance-vie de s’inscrire comme un challenger du livret A dont le taux est passé à 2 % le 1er août 2022. Mais attention tout de même à ne pas vous montrer trop optimiste. En effet, il pourrait s’écouler un certain temps avant que les assurés ne profitent pleinement de la hausse des rendements obligataires, compte tenu d’un effet de latence à l’actif du fonds en euros. La hausse marchée du rendement du fonds euros ne pourrait alors intervenir qu’en 2023. Sauf si les assureurs pour concurrencer le livret A faisaient un effort en piochant dans leurs réserves. Affaire à suivre donc !

Les unités de compte : la poche risquée mais potentiellement plus rémunératrice du contrat d’assurance vie




Les supports en unité de compte, dans le contexte de taux bas, sont les supports d’investissement qui vous permettront de doper la performance de votre contrat sur le long-terme.

Les Français l’ont bien compris puisque les unités de compte ont représenté 39 % de la collecte nette de l’année 2021 (contre 34 % en 2020). De ce fait, l’assurance vie en UC atteint des niveaux jamais atteints sur une année, aussi bien en cotisations (à 58,5 milliards d’euros, précédent plus haut de 40,5 milliards d’euros en 2020) qu’en collecte nette (à +34,7 milliards d’euros, précédent plus haut de +31,2 milliards d’euros en 2000) selon France Assureurs.

Notons tout de même que, depuis quelques années déjà, la majorité des assureurs incitent fortement les détenteurs de contrats à se détourner des fonds euros au profit des UC en augmentant les frais de versement sur fonds euros et surtout en majorant le rendement du fonds euros dès lors qu’une partie de l’épargne du contrat est dirigée vers les UC.

Les assureurs-vie ont tendance par ce biais à se détourner de leur clientèle populaire à l’appétence très limitée au risque, se tournant plus volontiers vers un Livret A que vers des unités de compte. D’ailleurs, les foyers les plus aisés représentent désormais quasiment la moitié des encours de l’assurance-vie.

Découvrir aussi notre article Comment investir dans les unités de compte

Mais de quoi sont composées ces fameuses UC ? Quels investissements sont possibles ?

Des actions en direct

Il est possible, via ces unités de compte, d’investir dans des actions en direct. Si les valeurs du CAC 40 seront généralement accessibles, il n’en est en revanche pas forcément de même pour les actions des marchés étrangers ou des small et midcaps plus confidentielles.

Des produits structurés

Il est également possible d’investir dans des produits structurés au travers des unités de compte et ainsi de se positionner sur les marchés actions avec une protection partielle du capital, à condition de bien vouloir voir sa performance capée à un chiffre, même en cas de bons résultats.

Des OPCVM

Les UC permettent aussi d’investir dans des fonds d’investissement de type OPCVM afin de s’exposer aux marchés financiers tout en laissant à un gérant spécialisé le soin de procéder au stock-picking.

Des ETF

Pour les investisseurs qui préféreraient la gestion passive, les unités de compte permettent aussi d’investir sur des ETF, ces fonds indiciels qui répliquent la performance d’un indice boursier, d’un indice sectoriel, etc. et permettent ainsi de se positionner sur le marché actions mais aussi le marché obligataire ou le marché des matières premières par exemple.

Des SCPI

Enfin, les unités de comptes permettent d’investir dans l’immobilier depuis son contrat d’assurance-vie grâce à une offre de plus en plus étoffée de SCPI mais aussi d’OPCI et même de SCI.

À noter : les unités de compte ne sont pas toutes synonymes de performance. D’ailleurs, le baromètre 2021 Facts & Figures sur l’assurance-vie alerte sur le fait que celles qui sont le plus fréquemment plébiscitées par les assureurs, à savoir les moins risquées, sont aussi celles qui affichent les performances les plus décevantes (parfois bien inférieures à celle du fonds euros) alors que celles qui permettent de se positionner sur les marchés actions sont sur le long terme les plus rémunératrices. Une information à garder en tête au moment de choisir entre un fonds obligataire ou un ETF sur un grand indice boursier américain par exemple ! « C’est la vraie prise de risque sur les actions qui est payante dans le temps » rappelle Cyrille Chartier-Kastler qui a conduit l’étude.

Les UC investies sur les marchés actions ont particulièrement bien performé en 2021, synonyme de reprise économique et de records des indices boursiers. « Grâce à l’explosion des unités de compte, les assureurs-vie ont réalisé une excellente année sur le plan financier, la meilleure depuis longtemps », explique Cyrille Chartier-Kastler, le fondateur de Good Value for Money.

Consulter également notre dossier complet 12 conseils pour bien débuter en Bourse

Quels sont les frais d’un contrat assurance vie en 2022 ?




L’assurance vie est un placement qui comporte un certain nombre de frais, dont voici un récapitulatif :

  • Les frais sur versement aussi appelées frais commerciaux ou frais d’entrée : les plus élevés (ils sont de l’ordre de 3 % à 5 % du montant investi) mais les plus facilement négociables. Ils servent à rémunérer le distributeur. Les frais d’entrée sont généralement à 0 pour les contrats assurance vie en ligne.
  • Les frais d’arbitrage : ils s’appliquent à chaque ajustement d’allocation (achat-vente d’UC, fonds en euros) au sein de votre contrat et peuvent réduire à néant la performance d’une année. Certains des meilleurs contrats assurance vie, notamment sur internet, ne facturent aucun frais d’arbitrage. Ils servent à rémunérer le passage d’acte. Ils peuvent aussi être rétrocédés au distributeur au titre de son conseil.
  • Les frais de sortie : facturés en cas de rachat et de clôture du contrat. Beaucoup de contrats aujourd’hui affichent des frais de sortie nuls.
  • Les frais de gestion applicables aux fonds en euros et les frais de gestion applicables aux unités de compte : ils sont généralement compris entre 0,6 % et 0,8 % pour les offres Internet des courtiers assurance vie en ligne ; 0,8 % à 1,5 % pour les offres classiques des acteurs traditionnels de l’assurance vie comme les banques de réseaux. Ils servent à rémunérer l’assureur et ne sont généralement pas négociables.
  • Les frais de gestion internes aux unités de compte : ils intègrent la rémunération du gérant d’actifs pour la gestion des supports financiers (UC) dont il a la charge dans le respect du cahier des charges du support, mais aussi les rétrocessions reversées par le gérant d’actifs au distributeur du contrat et/ou à la société d’assurance-vie, les éventuelles commissions de « surperformance » financière de la société de gestion, ainsi que la marge de la société de gestion. À noter : les frais de gestion des UC varient sensiblement selon la classe d’actifs. Ainsi, les frais de gestion sont souvent majorés pour un certain nombre de type d’unités de compte comme par exemple les SCPI et OPCI ou encore le Private Equity. Notez que leur prélèvement donne lieu à une réduction du nombre de parts de chacune des unités des compte détenues par le client sur son contrat.

L’étude Good Value For Money portant sur les frais pratiqués en 2021 nous apprends que la gestion dite passive, c’est-à-dire celle consistant à répliquer des indices au sein de trackers (ETF) bénéficie de frais courants bien inférieurs par rapport à la gestion active sur des OPCVM traditionnels gérés activement. Ainsi, selon les modes de gestion (active ou passive), la classe d’actifs (actions, obligations…) et d’autres paramètres, les frais de gestion intrinsèque aux UC peuvent s’échelonner entre 0,20 % et 3,50 % par an d’après les derniers chiffres de Good Value For Money.

La gestion pilotée est facturée en sus. Si vous optez pour ce type de gestion sous mandat, les UC gérées par la société de gestion mandatée se verront appliquées des frais supplémentaires, relativement faibles chez la plupart des assurance vie en ligne. En revanche, ils pourront être beaucoup plus importants si votre contrat est distribué par un acteur traditionnel.

Bon à savoir : de manière générale, l’assurance vie en ligne s’impose comme le meilleur élève en matière de frais. Les offres des acteurs traditionnels affichent en effet généralement des frais bien plus élevés.

Attention, certains acteurs, y compris les acteurs de l’assurance vie en ligne, ont une grille tarifaire extrêmement compliquée, faisant varier les frais selon la part d’encours détenu en fonds euros et en unités de compte, le nombre d’arbitrage réalisé au cours de l’année, etc.

La nouvelle réglementation en vigueur devrait toutefois permettre à l’avenir de rendre plus lisible la grille tarifaire de son contrat d’assurance-vie. Depuis le 1er juin 2022, la loi oblige les assureurs et distributeurs à afficher clairement les frais des contrats d’assurance vie, via un tableau accessible sur leur site internet. À compter du 1er juillet 2022, les assureurs et distributeurs doivent en plus afficher le total des frais supporté par chaque unité de compte ou chaque actif.

Lire aussi notre dossier sur Comment faire baisser les frais de courtage

Fiscalité assurance vie : des avantages non négligeables à connaître



Une fiscalité des gains particulièrement attractive pour l’assurance vie

La loi de finances 2018 a modifié en profondeur la fiscalité de l’assurance-vie avec l’instauration de la flat tax, ce qui constitue plutôt une bonne nouvelle pour les épargnants.

Ainsi, lorsque vous faites un rachat partiel ou total sur votre contrat assurance-vie, vous pouvez choisir entre l’imposition selon le barème de l’impôt sur le revenu, comme pour un compte titres, et le prélèvement forfaitaire. Pour les contrats de plus de 8 ans, il s’agit du prélèvement forfaitaire libératoire (PFL) de 7,5 % + les cotisations sociales de 17,2 %, soit un total de 24,7 %. Pour le contrat de moins de 8 ans, il s’agit du prélèvement forfaitaire unique (PFU ou « flat tax ») de 30 %, qui regroupe impôt et cotisations sociales.

Attention, les personnes détenant en assurance-vie plus de 150 000 euros (ou 300 000 euros pour un couple) ne bénéficient pas de l’exception PFL pour les nouveaux contrats ou versements après le 27 septembre 2017 et se voient appliquer la flat tax de 30 % même pour les contrats de plus de 8 ans.

L’option du barème de l’impôt sur le revenu est désormais intéressante pour :

  • les personnes qui sont dans la tranche à 0 % ou 11 % pour les contrats de moins de 8 ans ou les contrats de plus de 8 ans dont l’encours excède 150 000 euros pour une personne et 300 000 euros pour un couple ;
  • les personnes qui sont dans la tranche à 0 % si elle détiennent un contrat de plus de 8 ans dont l’encours excède 150 000 euros (ou 300 000 euros pour un couple).

De plus, pour les contrats de plus de 8 ans, quel que soit l’encours du contrat et donc le régime fiscal (PFL ou PFU), un abattement de 4 600 € pour une personne seule et de 9 200 € pour un couple est également appliqué chaque année sur les gains des rachats, quel que soit le choix d’imposition IRPP (impôt sur le revenu) ou prélèvement.

Voici la fiscalité en vigueur selon la période de vie du contrat durant laquelle vous effectuez les rachats :

  • contrat de moins de 8 ans : PFU de 30 % ;
  • contrat au-delà de 8 ans : 7,5 % + prélèvements sociaux de 17,2 % soit 24,7. Le PFU de 30 % ne s’applique pas (sauf exception évoquée ci-dessus) !

Il est intéressant de noter qu’à la suite de cette réforme, en dehors des abattements pour les contrats de plus de 8 ans, il n’y a plus d’avantages pour les personnes qui possèdent plus de 150 000 euros en assurance-vie à détenir dans la durée un contrat de ce type. Pour les autres, l’avantage fiscal d’une détention longue est aussi moindre qu’auparavant.imposition-assurance-vie

Notez également que dans tous les cas, la taxation s’applique sur la seule partie des intérêts et non sur la partie en capital de vos rachats. En effet, lorsque vous réalisez un rachat, celui-ci comprend une partie ôtée du capital et une partie ôtée de vos gains. La répartition de ces deux poches est la même que celle du contrat dans sa globalité.

Exemple : vous avez placé en assurance-vie un capital de 18 000 € qui génère des intérêts de 2 000 €, votre contrat atteint donc la valeur de 20 000 €. Imaginons que les intérêts représentent une part d’environ 10 % de la valeur totale de votre contrat. Si vous effectuez un rachat de 1 000 €, l’imposition s’applique sur une part de 10 % de votre rachat, soit 100 € et non sur la totalité des 1 000 € de votre rachat.

Depuis le 1er janvier 2018, des prélèvements sociaux de 17,2 % sont aussi appliqués sur vos gains en cas de retrait sur les unités de compte des contrats d’assurance-vie multi-supports ouverts depuis septembre 1997 et sur les gains réalisés depuis cette date sur tous les contrats. Les intérêts des fonds en euros des contrats d’assurance-vie multi-supports sont soumis aux prélèvements sociaux (de 17,2 % après le 1er janvier 2018) tous les ans même s’il n’y a pas de retrait. Par conséquent, pour les contrats mono-support en euros, les prélèvements sociaux s’appliquent chaque année même s’il n’y a pas de retrait.

Au dénouement du contrat et lors des rachats partiels, l’assureur vérifie que le montant des prélèvements sociaux payés précédemment ne dépasse pas le montant réellement dû sur le contrat. Si c’est le cas, une régularisation est réalisée pour éviter une taxation supérieure au gain réel.

Découvrir aussi notre dossier spécial Fiscalité : tout savoir sur ses impôts

La fiscalité avantageuse de l’assurance vie en matière de succession transmission

L’assurance-vie présente un immense avantage en matière de succession. C’est un outil incontournable pour faciliter la transmission de votre patrimoine à vos descendants ou à des personnes de votre choix. Pour en bénéficier au mieux, portez une attention toute particulière à la rédaction de la clause bénéficiaire de votre contrat d’assurance-vie.

L’assurance-vie propose également une fiscalité avantageuse en matière de succession. Elle est donc recommandée afin de transmettre un capital à ses héritiers ou aux bénéficiaires désignés dans la clause bénéficiaire. La fiscalité du contrat d’assurance vie dépend de la date d’ouverture de votre contrat assurance-vie et de votre âge (avant ou après 70 ans) lors des différents versements.

  • Avant 70 ans, le contrat d’assurance-vie permet au bénéficiaire désigné de percevoir les fonds du contrat sans droits de succession jusqu’à 152 500 €, avec une taxation forfaitaire de 20 % au-delà, puis de 31,25 % au-dessus de 700 000 €.
  • Après 70 ans, il permet au bénéficiaire du contrat de bénéficier d’une exonération de droits de succession jusqu’à 30 500 €. Au-delà, la taxation s’applique en fonction du barème des droits de succession. Les intérêts et les plus-values des versements après 70 ans sont entièrement exonérés.

Attention toutefois, les avantages fiscaux de l’assurance vie en termes de succession sont fréquemment remis en cause. Rappelons que cette question des avantages fiscaux lors de la succession reste soulevée par bien des courants politiques. Ainsi, la suppression des avantages fiscaux de l’assurance-vie en termes de succession figure dans le manifeste de la Fondation Jaurès, très proche du parti socialiste, publié à la rentrée 2020 et qui présente 20 propositions pour faire évoluer la fiscalité en France. Il faut dire que le contrat d’assurance vie, avec une obligation de plus en plus prégnante d’investir sur des unités de compte en plus du fonds euros, devient de plus en plus un placement patrimonial et de moins en moins un placement populaire. Or, s’il ne s’agit plus d’un placement plébiscité par tous mais utilisé davantage par les plus aisés, les politiques pourraient bien revoir les avantages fiscaux qui le rendent si attractifs.

Pourquoi il faut absolument ouvrir une assurance vie ?



Accessibilité de l’assurance vie : une enveloppe proposée par les banques, les assureurs et les courtiers

L’assurance vie est un grand classique des supports d’investissement en France. Il s’agit d’ailleurs d’un des placements les plus souscrits. À fin décembre 2021, l’encours total des contrats d’assurance vie atteignait 1 876 milliards d’euros, une hausse de 4,4 % sur un an qui a amené l’assurance-vie à un niveau d’encours record, en faisant le produit d’épargne préféré des Français. Nombreux sont donc les intermédiaires à proposer des contrats d’assurance-vie : établissements bancaires (qu’il s’agisse de la banque traditionnelle ou de la banque en ligne comme BforBank ou Fortuneo ou encore Boursorama) mais aussi courtiers en ligne (Bourse Direct, EasyBourse, etc.) proposent les offres des assureurs (Suravenir, Generali, etc.) à leur clientèle, mais aussi des purs players de l’épargne en ligne qui commercialisent des contrats assurance-vie comme Placement-direct, Assurancevie.com, Sicavonline, Linxea, etc. La souscription, selon le type d’acteur concerné, se fait physiquement en agence ou totalement en ligne de manière dématérialisée.

Un particulier peut ouvrir autant de contrats qu’il le souhaite, dans des banques différentes ou auprès de courtiers différents. Les sommes détenues sur une assurance vie ne sont pas limitées. Il n’existe pas de plafond. Le versement peut intervenir en une ou plusieurs fois. Si un investissement initial obligatoire existe, plus ou moins important selon le contrat, l’assuré a ensuite la possibilité de procéder ou non à des versements. Il peut s’agir de versements ponctuels ou des versements réguliers, à mettre en place selon sa capacité d’épargne et ses objectifs d’investissement.

Flexibilité de l’assurance vie : un placement qui convient à tous les types d’investisseurs pour tous leurs projets

L’assurance-vie est véritablement un produit d’épargne permettant de se constituer un capital qui s’adapte aux différents besoins des épargnants. L’offre très étendue de contrats vous permettra de trouver le support qui correspond à vos besoins en fonction de votre degré d’aversion au risque et de votre horizon de placement.

Les différents types de contrats proposés par les assureurs offrent la possibilité à l’épargnant de souscrire à une assurance-vie en adéquation avec son projet d’investissement.

En effet, un particulier ne choisira pas la même allocation d’actifs pour une assurance vie destinée à financer les études de ses enfants à horizon 10 ans qu’une assurance vie ouverte avec l’objectif de financer sa retraite à horizon 30 ans ou encore une assurance vie souscrite pour réaliser l’achat de sa résidence secondaire à horizon 5 ans. L’épargne requise dans ces différents cas n’est pas la même, la durée d’investissement non plus, et par conséquent l’allocation d’actifs sera forcément différente. Mais avec une juste répartition entre fonds euros sécurisés et unités de compte à risque, une assurance vie est à même de s’adapter à tous les projets d’épargne.

Elle saura aussi bien sûr s’adapter à votre profil d’investisseur : actif ou passif. Vous aurez en effet la possibilité d’opter pour la gestion libre ou classique dans le premier cas (vous décidez vous-même de la répartition de vos primes entre les différentes UC) ou la gestion pilotée ou sous mandat dans le second cas (vous laissez une société de gestion mandatée par le distributeur gérer votre argent).

Les avantages fiscaux de l’assurance vie

Comme nous l’avons vu précédemment, l’assurance-vie offre aux investisseurs un cadre fiscal avantageux en termes de taxation des gains. Ceux-ci sont taxés à 30 % avec la flat tax lorsque le contrat a été souscrit depuis moins de 8 ans ou lorsque les encours (tous contrats confondus) dépassent 150 000 euros pour une personne seule et 300 000 euros pour un couple. Sinon, les gains réalisés via ce support sont taxés à 24,7 % seulement (17,2 % de prélèvements sociaux et 7,5 % d’impôt). De plus, pour les contrats de plus de 8 ans, quel que soit l’encours du contrat, un abattement de 4 600 € pour une personne seule et de 9 200 € pour un couple est également appliqué chaque année sur les gains des rachats, quel que soit le choix d’imposition IRPP (impôt sur le revenu) ou prélèvement.

L’assurance-vie permet en outre, comme nous l’avons vu précédemment, de profiter d’avantages fiscaux lors de la transmission. On retiendra notamment qu’en cas de décès du détenteur du contrat, le bénéficiaire est exonéré de droits de succession jusqu’à 152 500 euros si les versements ont eu lieu avant les 70 ans de l’assuré et 30 500 euros si les versements ont eu lieu après les 70 ans de celui-ci.

La clause bénéficiaire : l’atout supplémentaire du contrat assurance vie pour transmettre son patrimoine

Vous vous demandez peut-être à quoi sert la clause bénéficiaire d’une assurance vie et surtout comment rédiger la clause bénéficiaire d’une assurance vie ? Sachez d’abord que cette clause bénéficiaire doit être rédigée au moment même de la souscription du contrat. C’est le bénéficiaire qui héritera des sommes détenues sur le contrat au décès de l’assuré.

Il peut s’agir d’une ou plusieurs personnes. Et surtout, il ne s’agira pas forcément d’un héritier au sens juridique du terme (conjoint, enfant, petits-enfants, etc.). La clause bénéficiaire peut en effet permettre de transmettre son épargne détenue sur son contrat d’assurance vie à une personne avec qui vous n’avez aucun lien de parenté mais aussi une association, une fondation, etc.

Attention toutefois, les sommes ainsi transmises ne devront pas être trop importantes par rapport au reste de la succession. Si c’était le cas, les héritiers réservataires qui s’estimeraient lésés pourraient intenter une action en justice.

Enfin, la clause bénéficiaire d’une assurance vie peut faire l’objet d’un démembrement. Cela signifie que l’on peut séparer nue-propriété et usufruit afin d’optimiser la fiscalité de la transmission. On pourra par exemple désigner comme bénéficiaire usufruitier son conjoint, et comme bénéficiaire nu-propriétaire son enfant. Ainsi, les frais de succession seront moindres.

Découvrir aussi notre article Préparer sa succession avec une assurance-vie

Garanties de l’assurance vie : une épargne relativement protégée

Enfin, sachez qu’il existe, en cas de faillite de l’assureur, une garantie en capital étatique de 70 000 euros par déposant et par compagnie d’assurance. L’épargne investie est ainsi protégée, au moins partiellement, d’une faillite de la compagnie d’assurance. Et comme vous pouvez ouvrir autant de contrats que vous le souhaitez, pourquoi ne pas souscrire un contrat d’assurance-vie auprès de plusieurs assureurs afin de diversifier le risque ? Surtout si votre contrat d’assurance-vie actuel ne répond à aucun des 3 critères évoqués ci-dessus !

La loi Sapin 2 prévoit également la possibilité de limiter les retraits ou versements des épargnants sur leur contrat d’assurance-vie en cas de risque systémique. Cela signifie que le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) pourra désormais, sur proposition de la Banque de France, geler de manière temporaire les contrats d’assurance-vie des épargnants. La mesure est toutefois limitée à 3 mois mais elle est renouvelable si les conditions ayant justifié sa mise en place n’ont pas disparu.

Lire aussi notre article sur la Garantie des dépôts bancaires

Comment ouvrir une assurance vie ? Notre mode emploi en infographie

ouvrir une assurance vie infographie

1. Choisir le mode de souscription et le bénéficiaire

L’assuré a le choix entre une souscription individuelle ou une co-adhésion. Au moment d’ouvrir son contrat, il doit également définir la clause bénéficiaire.

2. Choisir la somme à verser et la fréquence

L’assuré peut opter pour :

  • un versement initial et c’est tout ;
  • un versement initial et des versements réguliers ;
  • un versement initial et des versements ponctuels.

3. Choisir les supports d’investissement

L’assuré peut choisir quelle poche privilégier ou opter pour une allocation équilibrée entre placement à capital garanti mais faiblement rémunérateur et unités de compte plus risquées mais aussi potentiellement plus rémunératrices. Ainsi, il a le choix entre :

  • investir tout en fonds euros (le plus sûr) ;
  • investir tout en UC (le plus risqué) ;
  • répartir ses avoirs entre fonds euros et UC (la répartition est à déterminer selon son profil de risque et son horizon d’investissement).

4. Choisir son mode de gestion

L’assuré a le choix entre trois types de gestion différents :

  • la gestion libre (les arbitrages sont réalisés par vos soins) ;
  • la gestion conseillée (la société de gestion vous propose des arbitrages que vous êtes libres d’effectuer ou non) ;
  • la gestion pilotée (les arbitrages sont réalisés par une société de gestion mandatée).

5. Effectuer des rachats

L’assuré, tout au long de la vie de son contrat peut effectuer des rachats partiels, c’est-à-dire qu’il retire une partie du capital placé sur son assurance-vie. Il peut également procéder à un rachat total, c’est-à-dire qu’il récupère l’intégralité de sa mise. Enfin, au décès de l’assuré, la totalité des avoirs détenus sur le contrat d’assurance-vie est transmis à son ou ses bénéficiaire(s).

Consulter également notre article Les 5 avantages du contrat assurance vie en ligne

Comment choisir une assurance vie ? Nos 5 critères pour sélectionner la meilleure assurance vie en vidéo

Comment comparer des contrats d’assurance vie ? Pour obtenir la meilleure assurance-vie possible, il convient d’être vigilant sur quatre points en particulier : les frais, la composition du fonds en euros, les alternatives au fonds euros et le choix en matière d’unités de compte.

1. Étudiez les frais du contrat assurance vie

Les écarts de frais sont un élément qui demeure essentiel car quelques points de base peuvent se transformer en milliers d’euros en quelques années. Vous devez donc étudier les différents frais qui s’appliquent afin de choisir un contrat peu gourmand en frais.

Attention cependant à ne pas occulter les autres aspects à prendre en compte pour choisir votre assurance-vie, en ne vous focalisant que sur les frais. Il s’agit certes là d’un point essentiel mais pas non plus du seul à prendre en considération. L’étude des frais du contrat d’assurance-vie doit plutôt vous servir à repérer les contrats qui affichent des frais prohibitifs et à les écarter.

L’examen des frais peut aussi, dans un second temps, servir à faire son choix final en départageant les quelques contrats que vous jugez intéressants pour choisir la meilleure assurance vie possible.

2. Veillez à la composition du fonds euro

Les fonds euros sont majoritairement investis en obligations pour garantir le risque de perte en capital. À fin 2020, les obligations représentaient 79,08 % des fonds euros classiques, soit un niveau tout à fait homogène par rapport à 2019 où ils représentaient 79,98 %, 2018 où ils représentaient 81 %, 2017 où ils représentaient 80,8 %, 2016 où ils représentaient 81,5 % et 2015 où ils représentaient 82,4 % (source : Good Value for Money).

La répartition entre obligations souveraines (émises par des États) et corporate (émises par des entreprises), varie d’un assureur à l’autre, mais les premières demeurent privilégiées. Dans un cas comme dans l’autre, il revient au gestionnaire du fonds en euros de déterminer la répartition des obligations entre les émetteurs les mieux notés, recherchés pour leur sécurité, et des émetteurs moins bien notés, recherchés pour le rendement offert par leurs obligations.

Notez toutefois que le mixte d’obligations entre corporate et souverain continue logiquement d’évoluer en faveur des obligations d’entreprises davantage rémunératrices, comme le souligne GoodValueForMoney, avec fin 2020 : 59,1 % de titres corporate et 40,9 % de titres souverains.

Il est donc hyper important pour sélectionner la meilleure assurance vie de bien examiner la composition du fonds euros et de jeter un œil à son historique de performance.

3. Intéressez-vous aux fonds euros alternatifs

Devant la faiblesse des rendements aujourd’hui délivrés par le placement à capital garanti de l’assurance vie et le contexte actuel de taux très bas (même si ceux-ci seront très probablement relevés prochainement si l’on en croit les communications de la Fed et la BCE notamment sur ce sujet) n’améliorant pas la situation, peut-être vous demandez-vous quel est le meilleur fonds euro. En effet, la performance des fonds en euros n’est pas homogène et certains font mieux que d’autres. Mais il existe aussi, au sein des fonds en euros, différentes catégories dont les rendements sont très différents et qu’il convient d’examiner avec attention.

De fait, un comparatif assurance vie doit s’intéresser à la performance des fonds euros proposés, qu’il s’agisse de fonds euros classiques ou de fonds euros alternatifs. Car en effet, l’investisseur, en réponse à la baisse du rendement des fonds euros classiques, dispose d’alternatives via les fonds euros dynamiques et immobiliers. Ces derniers sont parfois accessibles via les contrats d’assurance vie en ligne.

Fonds euro dynamique

L’une des réponses à la baisse du rendement des fonds euros classiques est le fonds euros dynamique, un fonds euros dans lequel l’assureur va généralement allouer 65 % environ en obligations et 35 % environ en actions ou immobilier pour dynamiser la performance du fonds tout en garantissant le capital. En résulte, en fonction des stratégies et des années, des rendements boostés de plus de 3 % pour les meilleurs et des rendements inférieurs à 1 % pour les moins bons.

Avec le retour de la volatilité et les corrections qu’ont connu les marchés boursiers en 2020, les performances affichées par les fonds euros dynamiques ont été mauvaises cette année-là (0,72 % en moyenne). Mais celles affichées en 2021 (1,59 %), compte tenu des valorisations élevées de marchés et des records décrochés par de très nombreux indices boursiers, a permis aux fonds euros dynamiques de dégager une performance accrue. On voit donc l’importance de la volatilité sur les marchés boursiers dans la performance de ces fonds. Attention, étant dépendant des fluctuations des marchés boursiers, les fonds euros dynamiques sont théoriquement plus performants dans la durée et ne devraient donc être considérés qu’avec un horizon de placement d’au moins 5 ans, voire davantage.

Les fonds euros dynamiques reposent sur la gestion à coussin qui consiste à scinder l’allocation d’un fonds en deux poches :

  • l’une, majoritaire, composée d’actifs pas ou peu risqués, censés assurer la protection du capital avec un rendement mesuré ;
  • l’autre, minoritaire, composée d’actifs plus risqués censés générer un rendement supérieur (actions en premier lieu).

Bien souvent, la gestion à coussin est agrémentée dans ces fonds en euros d’un système d’effets cliquets, selon le degré de tolérance aux pertes accepté par le gérant ou par le client. Toute performance positive est alors mise de côté – sur la poche sécurisée – au-delà d’un certain plafond, tandis que toute perte est limitée par la coupure des positions en-deçà d’un certain seuil. Conséquence : le capital ne peut être touché à l’avenir. Ces fonds en euros dynamiques gérés selon la technique du coussin constituent une réponse adaptée à la quête de performance dans un cadre sécurisé.

Attention, comme le souligne le site Good Value For Money, ces fonds constituant une « denrée rare », leur accès est le plus souvent conditionné « à un investissement au minimum de 30 à 40 % en unités de compte des versements réalisés ».

Fonds euro immobilier

Les fonds en euros immobiliers constituent également une alternative aux fonds euros classiques. Comme dans les cas précédents, le placement dans ces fonds est garanti au jour le jour et sa valeur ne peut pas diminuer à l’avenir, la participation aux bénéfices (généralement versée le 1er janvier de l’année au titre de l’exercice précédent) est définitivement acquise par l’épargnant. L’assureur va généralement allouer quasiment 50 % en immobilier, 10 % d’actions et le reste en obligations.

Certains fonds euros immobiliers affichent des rendements particulièrement intéressants. Le rendement moyen des fonds en euros immobiliers (net de frais et brut de prélèvements sociaux) est évalué par Good Value for Money à 1,60 % en 2020 contre 1,78 % en 2019 et 2,33 % en 2018.

Notez que les fonds en euros immobiliers deviennent eux aussi une « denrée rare » : les assureurs-vie, face à la difficulté d’investir dans des conditions satisfaisantes les flux de collecte sur les fonds en euros immobiliers, ont limité fortement les possibilités d’investissement par leurs clients depuis 2017 avec une double contrainte : un accès conditionné à un investissement minimum en unités de compte, de l’ordre de 30 % à 50 % de chaque versement ainsi qu’un plafonnement de l’investissement annuel possible (oscillant souvent entre 50 000 et 100 000 euros).

Comparatif fonds euros classiques, fonds euros dynamiques et fonds euros immobiliers performances 2016 à 2020

fonds euros alternatif performance 2016-2020

 

(Source des chiffres : Good Value For Money)

Nous observons que le rendement des fonds en euros dynamiques et des fonds en euros immobiliers a presque toujours été bien supérieur à celui des fonds en euros classiques au cours de ces dernières années. Le rendement moyen des fonds euros dynamiques a considérablement baissé en 2018 et davantage encore en 2020, marqué par les difficultés qu’ont connu les marchés boursiers ces deux années. Néanmoins, on aurait tort de juger ce type de fonds euros sur une seule année et il conviendra donc de considérer le rendement sur les 5 dernières années. Notez également que les performances records des marchés boursiers en 2021 ont été particulièrement favorables aux fonds euros dynamiques.

Fonds euro croissance

Enfin, les fonds euro croissance qui représentent une part ultra-minoritaire des fonds en euros, entendent bien revenir sur le devant de la scène grâce à la loi Pacte. Ces fonds en euros, investis en obligations mais aussi en actions, de petites et moyennes entreprises notamment, sont là encore garantis en capital et affichent un rendement bien supérieur aux fonds euros classiques.

Attention tout de même, en contrepartie, une durée de blocage existe. Cependant, cette durée de blocage semble cohérente avec la vocation patrimoniale d’un contrat d’assurance vie.

4. Regardez de près les unités de compte !

Afin d’améliorer le rendement de votre assurance vie, il est désormais indispensable de diversifier, en investissant dans des UC (unités de compte) qui présentent un risque de perte en capital mais aussi un potentiel de rendement accru, avec plus ou moins de risque en fonction de votre profil d’investisseur, de votre horizon de placement et de vos objectifs.

Du contrat mono-support en euros au contrat en architecture ouverte offrant l’accès à plus d’une centaine de fonds, la palette est large.

Les meilleurs contrats sont bien souvent ceux qui affichent le plus grand nombre d’unités de compte et une grande diversité des UC. Un comparateur assurance vie s’appuie notamment sur ce critère pour définir quelle est la meilleure assurance vie.

Les contrats offrant de nombreuses UC (+ de 100) sont à privilégier car ils proposent une diversité au niveau des fonds, l’accès à des SCPI, à des ETF ou des produits structurés par exemple. Mais la meilleure assurance vie n’est pas forcément celle qui propose le plus de supports en unités de compte. En effet, votre choix doit dépendre aussi de votre aptitude à sélectionner les bons supports, de la somme placée, ainsi que de votre horizon d’investissement.

Consulter également notre article Une assurance-vie n’est pas qu’un fonds euros

5. Optez pour la gestion la plus adaptée à votre profil d’investisseur

Le meilleur contrat d’assurance vie est celui qui est en totale adéquation avec votre profil d’investisseur. Pour cela encore faut-il savoir quel est votre profil d’investisseur. Souscrire un contrat d’assurance vie peut être l’occasion de faire le point et, dans le même temps, de se demander quel mode de gestion vous préférez. Vous pouvez vous rapprocher pour déterminer votre profil d’investisseur de l’intermédiaire qui vous propose le contrat d’assurance-vie. En cas de gestion mandatée, l’assureur mettra à votre disposition un questionnaire destiné à connaître votre profil d’investisseur mais aussi vos connaissances en matière d’investissement.

Dans tous les cas, demandez-vous quel est l’objectif de votre placement, combien vous comptez investir et combien vous espérez toucher en retour, autrement dit quel rendement des fonds propres vous attendez. Ensuite, demandez-vous toujours quel est votre horizon d’investissement, combien de temps vous comptez laisser cet argent immobilisé. Enfin, il convient également de se pencher sur le profil de risque de l’assuré. Êtes-vous prêt à perdre ? Combien ? Quelle part de votre patrimoine êtes-vous prêt à risquer ? Les variations des cours, la volatilité des marchés vous pose-t-elle un problème ?

En fonction de tous ces paramètres, vous pourrez définir le meilleur type de gestion, c’est-à-dire le plus adapté à votre profil d’investisseur.

La gestion libre

Dans ce cas, vous gérez seul votre patrimoine en décidant seul des arbitrages à opérer sur votre contrat. Ce type de gestion est conseillé pour les investisseurs avertis qui sauront prendre les bonnes décisions d’investissement et ne se laisseront pas entraîner par les fluctuations des marchés.

Mode de gestion traditionnel, il a tendance à reculer au profit de la gestion sous mandat.

La gestion sous mandat des unités de compte

Un comparateur assurance vie doit aussi prendre en compte la possibilité offerte à l’investisseur d’opter pour une gestion sous mandat des UC. Certains contrats proposent en effet également une option approfondie d’aide à la gestion : la gestion sous mandat ou gestion pilotée. Celle-ci est assurée par une société de gestion qui détermine une allocation d’actifs en fonction de ses analyses macroéconomiques et de marché ainsi que du profil de risque de l’assuré, défini lors du choix de ce mode de gestion. Cette allocation est transmise à l’assureur-vie qui effectue les investissements recommandés à la place de l’assuré.

La gestion pilotée est accessible pour un montant de placement qui varie considérablement selon le contrat. Les contrats Internet la proposent désormais en effet pour un montant de placement très inférieur à celui exigé dans un contrat classique : le plus souvent dès 1 000 € pour un contrat assurance vie en ligne, contre quelques dizaines ou centaines de milliers d’euros pour un contrat assurance vie chez un acteur traditionnel comme une banque de réseau par exemple.

Pour la plupart des contrats, la gestion pilotée est facturée en sus. Un pourcentage de frais de gestion est appliqué aux unités de compte présentes dans le mandat de gestion.

La gestion pilotée est particulièrement adaptée à tous les investisseurs qui ne disposent pas des connaissances nécessaires pour investir leur épargne ou bien qui n’en ont pas le temps.

La gestion conseillée, forme particulière de la gestion sous mandat, implique que la société mandatée n’exerce pas elle-même les arbitrages mais les propose à l’assuré qui décide ou non de les exécuter. Ce type de gestion est particulièrement adaptée aux investisseurs avertis qui disposent de peu de temps à consacrer à leurs investissements en assurance vie. Là aussi, des frais supplémentaires sont à prévoir pour bénéficier de ce service.

Nos conseils pour investir en assurance vie



Multipliez les contrats d’assurance vie

La meilleure assurance vie, c’est celle qui répond parfaitement à vos objectifs d’investissement. Cela peut être particulièrement difficile avec un seul contrat lorsque l’on a plusieurs projets très différents à financer. C’est pourquoi ouvrir un deuxième contrat ou même une troisième assurance-vie peut être une très bonne idée pour gérer au mieux son patrimoine.

Il est en effet tout à fait judicieux d’ouvrir autant de contrats d’assurance vie que l’on a de projets à financer. Cela permettra d’autant mieux de faire correspondre son allocation d’actifs à son projet et à l’horizon d’investissement qui l’accompagne.

Dispatcher son patrimoine entre plusieurs contrats d’assurance vie permet aussi de profiter des points forts des différents contrats proposés aux particuliers. Ainsi, certains affichent des fonds euros plus performants que la moyenne, d’autres permettent d’investir avec un très large choix sur le marché immobilier par exemple ou bien proposent un très vaste panel de trackers, d’autres encore permettent d’opter pour une gestion sous mandat dont les performances passées sont extrêmement intéressantes. L’objectif : aller chercher le meilleur sur chaque contrat ! Cumuler les avantages de chaque assurance vie en multipliant les contrats peut faire une réelle différence dans la gestion de votre patrimoine.

Il est également judicieux, dans une logique de transmission, de multiplier les contrats d’assurance-vie. Par exemple, en ouvrant un contrat pour chaque bénéficiaire, vous éviterez que chacun des bénéficiaires sache ce que vous avez légué à l’autre, ce qui peut être salvateur si tout le monde ne se voit pas attribuer la même somme. En outre, vous pourrez aussi avoir intérêt à ouvrir un ou plusieurs autres contrats après 70 ans car, à ce moment, comme nous l’avons vu précédemment, la fiscalité des versements change et vous aurez peut-être intérêt pour vous y retrouver à mettre en place cette technique.

Pourquoi il est crucial de bien choisir son contrat : la difficile transférabilité du contrat d’assurance vie

Attention, si pendant longtemps un contrat d’assurance vie n’était pas transférable, les choses ont changé depuis mais restent très contraignantes.

Il était auparavant impossible d’ouvrir ouvrir un nouveau contrat en transférant les avoirs détenus sur un ancien contrat. Il était en effet nécessaire de fermer l’ancien contrat pour pouvoir transférer les fonds, ce qui entraînait au passage la perte des éventuels avantages fiscaux.

La loi Pacte s’était donné pour objectif d’assouplir cette règle mais les conditions de transférabilité d’un contrat d’assurance vie sont pour le moins restreintes. De fait, un contrat d’assurance-vie ne peut être transféré que s’il s’agit du même assureur et à condition que le nouveau contrat soit plus récent que le précédent. Il est donc crucial de choisir le meilleur contrat d’assurance-vie dès le départ en s’aidant si besoin d’un comparatif assurance-vie.

Le cas particulier de l’assurance vie au Luxembourg

Il peut être particulièrement intéressant de souscrire un contrat d’assurance-vie au Luxembourg pour un Français, surtout s’il est expatrié et que sa résidence fiscale n’est pas située en France. En effet, les contrats d’assurance vie luxembourgeois offrent une forte garantie de capital, la possibilité de placements sur une gamme de supports plus étendue qu’en France mais aussi l’opportunité d’avoir des contrats assurance-vie libellés dans une devise autre que l’euro comme le dollar ou le franc suisse par exemple. Le Luxembourg propose également des contrats sur mesure en fonction des aspects juridiques et fiscaux du pays de résidence du souscripteur.

Les contrats d’assurance-vie luxembourgeois sont distribués en France par des banques de compagnies d’assurance ou bien par des conseillers en gestion de patrimoine.

Assurance vie : comment investir en période de crise ?




En période de crise, le risque de perte en capital existe sur une assurance-vie. En effet, si celle-ci comporte bien un fonds euros sécurisé qui permet de retrouver son épargne intacte à tout moment et de bénéficier au passage d’une faible rémunération, les supports en unités de compte, eux, ne sont pas des supports à capital garanti et l’investisseur peut, en période de récession, perdre une partie de son investissement.

Attention, ce risque de perte en capital n’est valable que pour les UC et si vous êtes investi uniquement en fonds euros, vous n’êtes pas concerné. En revanche, si vous êtes en partie ou exclusivement investi en unités de compte, il y a fort à parier que vous ayez perdu au plus fort de la crise du Covid-19 une partie des sommes épargnée sur votre contrat. Mais vous les avez très probablement récupérées depuis, et même avez de nouveau engrangé des bénéfices conséquents en 2021 compte tenu du niveau de valorisation particulièrement élevé des actions cette année-là, les grands indices boursiers flirtant tous avec leurs records respectifs. Depuis, les marchés ont subi des corrections qui ont également dû se voir dans l’évolution de votre capital placé en UC.

Rappelons que les arbres ne montent pas jusqu’au ciel et, les cycles économiques se succédant, le risque d’assister prochainement à une correction majeure est loin d’être nul. Et si les marchés sont de nouveau chahutés ? Quel comportement adopter lorsqu’arrive une récession ? Si vous avez perdu une partie des sommes placées en UC sur votre contrat assurance vie et que vous souhaitez limiter la casse, de nombreuses options s’offrent à vous. D’abord, vous pouvez stopper l’alimentation de votre contrat et éventuellement arrêter les versements automatiques le temps que l’orage passe et choisir par exemple de rediriger votre épargne vers un livret épargne. Ensuite, vous pouvez aussi choisir d’allouer l’intégralité des sommes d’ordinaire versées en unités de compte de votre contrat vers le seul fonds euros et lever le pied sur les UC pendant la crise afin de mieux dormir la nuit.

Mais vous pouvez aussi continuer à effectuer vos versements comme d’habitude. En effet, si vous avez un objectif long ou très long terme (financement de la retraite par exemple), les fluctuations qui interviennent à intervalles réguliers sur les marchés boursiers seront lissées sur la durée. Et d’ailleurs, la période de récession peut même être une opportunité pour investir davantage sur le long terme. Vous pouvez en effet, si vous êtes très peu averse au risque, profiter d’une période de turbulence sur les marchés pour charger un peu plus la barque et acheter certains actifs à un prix plus attractif. Ainsi, la stratégie d’investissement de votre argent en temps de crise va avant tout dépendre de vos objectifs, horizon de placement et aversion au risque.

Un assureur peut-il faire faillite en raison de la crise ?

Le secteur de la bancassurance a été impactés en Bourse par la crise du Covid-19. Pourtant, contrairement à la dernière crise des subprimes de 2008 qui était due à une crise du crédit, la crise économique actuelle a trouvé son origine dans une crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19. Les banques et assureurs ne devraient donc pas être les plus touchés à moyen terme, contrairement à des secteurs comme l’aérien ou le tourisme par exemple.  L’inflation qui pèse actuellement sur nos économies et les perspectives de récession peuvent aussi inquiéter les détenteurs de contrat d’assurance-vie.

Rappelons tout de même qu’en cas de faillite d’un assureur, il existe une garantie de dépôt pour les contrats d’assurance-vie. Le Fonds de Garantie des Assurances à la Personne (FGAP) pourra ainsi verser jusqu’à 70 000 euros par déposant et par société d’assurance (90 000 euros en cas de versement de rente viagère) et le double en cas de co-souscription.

Découvrir aussi notre guide Où placer son argent en 2022 ?

Assurance-vie : comment investir avec l’inflation ?



Finalement, le risque le plus important pour votre placement est peut-être à l’heure actuelle celui que fait peser l’inflation, notamment si les sommes placées sur votre contrat d’assurance-vie sont exclusivement ou en grande partie versées sur le fonds euros.

En effet, le rendement de ce placement est très peu élevé puisque dépendant très fortement du taux de l’OAT à 10 ans (à un niveau de 2,1 % environ au 30 août 2022 selon la Banque de France). Ce rendement est inférieur au taux de l’inflation qui a atteint en France en mai 2022 5,2 % selon l’INSEE. Or, si le rendement du placement est inférieur à l’inflation, cela signifie ni plus ni moins que l’épargnant, en laissant ces sous sur ce support, perd en pouvoir d’achat. Si le rendement de votre fonds euros vous paraît bien trop faible au regard du taux d’inflation, peut-être faudra-t-il envisager un report vers les supports en unités de compte. Mais attention, cela n’est pas sans danger puisque le capital n’est pas garanti ! L’investisseur est en effet pris entre deux feux : d’un côté, un fonds euros qui, s’il affiche un rendement trop faible, permet de conserver sa mise mais entraîne une perte du pouvoir d’achat ; de l’autre, des supports en unités de compte qui peuvent permettre de valoriser son capital mais qui au vu de l’inflation actuelle et du spectre de la récession sui plane pourraient bien subir une correction de grande ampleur, préjudiciable aux investisseurs.

La situation en 2022 n’est pas simple. Peut-être dans ces circonstances, sera-t-il plus sage de revenir aux fondamentaux et de sécuriser des gains si vous avez un projet à court terme à financer et de ne pas vous soucier des turbulences des marchés financiers en continuant à investir régulièrement sur les marchés (via des versements programmés par exemple) si vous avez un horizon d’investissement moyen-long terme. Attention tout de même, dans ce cas, en cas de correction, vous subiriez une perte en capital.

L’assurance-vie, est-ce risqué ?

L’assurance-vie comporte un fonds euros garanti en capital, qui permet à tout moment de retrouver intactes les sommes déposées. Mais elle peut aussi être complétée (ou exclusivement investie) en supports sur les unités de compte qui comportent elles un risque de perte en capital. L’assureur s’engage sur le nombre d’unités de compte mais en aucun cas sur leurs valeurs qui varient à la hausse comme à la baisse au gré des fluctuations des marchés financiers puisqu’elles peuvent être investies en actions, obligations, immobilier, matières premières, etc.

Notez que le capital peut être progressivement sécurisé au fur et à mesure que votre horizon d’investissement se rapproche en basculant les plus-values réalisées sur le fonds euros. Il est également indispensable de rappeler que le rendement potentiel d’un placement est lié au risque. Plus un placement est risqué, plus celui-ci affiche une performance potentielle élevée. À l’inverse, moins un placement est risqué, moins la performance sera élevée. Il est donc nécessaire, en cas d’investissement de long terme, de prendre un peu de risques pour espérer valoriser son capital dans la durée.

Quelques questions sur l’assurance vie ?

Qu’est-ce que l’assurance vie ?
Une assurance-vie est un support d’épargne fiscalement avantageux, composé d’un fonds euros à capital garanti et d’unités de compte (UC) plus risquées mais aussi potentiellement plus rémunératrices, dont les fonds, au décès de l’assuré, sont versé à son ou ses bénéficiaires.

Pourquoi ouvrir une assurance vie ?
Ouvrir une assurance-vie, c’est souscrire à un support d’épargne très accessible, qui présente de nombreux avantages fiscaux, polyvalent, dont la répartition fonds euros à capital garanti et unités de compte permet de diversifier ses avoirs et de financer tous type de projets.

Comment ouvrir une assurance vie ?
Déterminez le courtier (ex : Bourse Direct, BforBank, etc.), la banque ou l’assureur chez qui souscrire votre contrat, choisissez le contrat correspondant à vos objectifs et indiquez le(s) bénéficiaire(s), versez un montant initial et définissez d’éventuels versements périodiques avec la répartition que vous souhaitez entre fonds euros et unités de compte.

Comment choisir un contrat assurance vie ?
Votre choix doit reposer sur 4 critères essentiels : le(s) fonds euros proposé(s), le choix en matière d’unités de compte, les options de gestion comme la gestion sous mandat ou conseillée et enfin, les frais du contrat.

L’assurance vie, est ce risqué ?
L’assurance-vie est composée d’un fonds euros sans risques et/ou d’unités de compte plus risquées mais affichant aussi un potentiel meilleur rendement. À vous de définir selon votre profil de risque et vos objectifs d’investissement la répartition optimale entre ces deux poches.

Quel risque pour mon assurance vie ?
L’assurance-vie présente, au travers des unités de compte (UC), un risque de perte en capital. La crise du coronavirus et la récession qui a suivi ont donc eu un impact sur le rendement de votre contrat qui a pu devenir négatif. Depuis, les marchés ont renoué avec la croissance avant de connaître de nouveau de fortes turbulences depuis le début de l’année 2022. Cependant, si une crise économique entraînait une récession particulièrement dure, le risque de faillite de l’assureur pourrait être posé. Toutefois, ces risques sont à relativiser car, sur le long terme, votre contrat d’assurance-vie devrait afficher des performances positives et, en cas de faillite de l’assureur, vous pourriez bénéficier d’une garantie de 70 000 euros minimum.

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.