Crowdlending : comment investir son épargne dans une entreprise ?

Le 13 novembre 2019

investir-turbo-valeur-bourse

crowdlending-pret-investir-epargne

banniere-ass-vie_300-250

Avec le crowdlending, les Français peuvent participer à l’économie réelle en prêtant directement à des entreprises. Café du Patrimoine vous présente les caractéristiques du crowdlending, branche particulièrement bien portante du financement participatif ou crowdfunding.

Retrouvez notre comparatif des acteurs du secteur, la liste des principaux risques liés à cet investissement et les moyens de les éviter ainsi que nos conseils en vidéo pour réussir ses investissements en crowdfunding de prêt.

Qu’est-ce que le crowdlending et comment fonctionne ce crédit participatif ?

Le crowdlending : définition d’un nouveau mode de crédit

Le crowdlending (de l’anglais crowd : la foule et lending : prêt), également appelé peer-to-peer lending, désigne toute activité de crédit participatif. Il repose sur la participation d’un grand nombre de personnes au financement de projet d’entreprises, ou de particuliers. En effet, le crowdlending permet aussi bien à une entreprise de lever des fonds qu’à des particuliers de rénover leur maison ou d’acheter une voiture. Cependant, dans les faits, la pratique tend surtout à se développer sous la forme de prêts rémunérés mettant en relation des particuliers qui souhaitent épargner et des entreprises à la recherche de financement.

Nous verrons donc essentiellement dans cet article les dispositifs qui relèvent de crédits participatifs octroyés aux entreprise dans le but de financer une entreprise.

L’essor du financement participatif : crowdfunding et crowdlending

Le développement du financement participatif a largement profité au crowdlending puisque, en 2018, il est encore le mode de financement participatif le plus répandu. Il enregistre une collecte de 273 millions d’euros , soit une hausse de 40 % par rapport à 2017 comme le souligne le Baromètre 2018 du crowdfunding en France réalisé par KPMG pour l’association Financement participatif. Le crowdfunding d’investissement représente 47,1 millions d’euros en 2018 et le crowdfunding de don représente, lui 81,5 millions d’euros.

Le crowdlending : une forme de crowdfunding particulière

Il est important de bien distinguer crowdfunding et crowdlending. Le crowdfunding désigne l’ensemble des pratiques liées au financement participatif mais sert aussi d’ordinaire à désigner l’investissement en capital ou equity based crowdfunding. Dans ce cas, l’investissement se fait sous forme de capital dans des start-ups alors que le crowdlending consiste à octroyer des prêts à des sociétés pour financer leur croissance.

Frédéric Levy-Morelle, CEO de la plateforme de crowdlending Look&Fin explique : « Dans le crowdlending, sur base de titres de créances, les investisseurs bénéficieront d’un rendement régulier lié à un intérêt fixé au départ et recevront le remboursement de leur capital à l’échéance du prêt. La sélection des entreprises et l’analyse du risque se font sur des éléments tangibles puisque les sociétés sur notre plateforme doivent déjà avoir trois exercices comptables derrière elles ».

Comparatif des plateformes crowdlending

Top crowdlendingCaractéristiques et offres
logo-boldenLes Investisseurs peuvent choisir de financer des projets de PME allant de 3 000€ à 3 000 000€ sur 1 à 5 ans. Le taux d’intérêt annuel moyen était de 7,93 % en 2018.*

Découvrir l'offre de Bolden→
logo-lesentrepreteursLa plateforme finance et accompagne les porteurs de projets dans leur transformation digitale. Le taux d’intérêt moyen était de 7,71 % en 2018. Le ticket d’entrée est de 20 € avec une offre de bienvenue 20 € pour les premiers 200 € prêtés.*

Découvrir l'offre des Entreprêteurs→
logo-october2ème plateforme en matière d’encours de crédit et leader du prêt à des PME par des particuliers. Le taux d’intérêt est compris entre 2,50 % et 9,90 %.*

Découvrir l'offre d'October→
logo-wesharebondsLa plateforme permet de financer des PME françaises sélectionnées par des experts de la finance. Le ticket d’entrée est de 50€. Les taux d'intérêt bruts des projets financés oscillent entre 2,3 % à 8 % par an. Le site propose aussi un robot de diversification weBot pour optimiser les placements*

Découvrir l'offre de Wesharebonds→
logo-younited-creditLa plateforme spécialisée dans le crédit à la consommation est la 1ère plateforme en termes d’encours de crédit. Le taux d’intérêt moyen pratiqué est de 5,8 %.*

Découvrir l'offre de Younited Credit→
*Voir conditions sur le site

Crowdlending : comment investir et sur quels supports ?

crowdlending-pret-participatif

La détention en direct de ses titres participatifs

Le mode de détention le plus fréquent de ses titres participatifs est la détention en direct. Concrètement, le particulier s’inscrit sur la plateforme de crowdlending de son choix, sélectionne un projet et verse la somme qu’il souhaite consacrer à ce dernier. À la fin de la période de souscription, si la collecte n’a pas été concluante (il n’y a pas eu assez d’euros investis), la somme que vous aviez investie vous est restituée.

Si le projet a été financé, un contrat de prêt est édité et adressé aux investisseurs qui ont financé le projet, soit à télécharger depuis la plateforme, soit envoyé par mail. L’investisseur reçoit alors ensuite chaque mois sur le compte en banque qu’il aura renseigné au moment de son inscription sur la plateforme, de façon régulière (tous les mois ou tous les trimestres) une part du capital prêté et des intérêts dont on aura déduit les prélèvements fiscaux et sociaux. Attention, il existe aussi des prêts in fine qui, comme leurs noms l’indiquent, prévoit le remboursement du capital et le versement des intérêts en une seule fois, à échéance du prêt.

Le recours au PEA PME pour loger ses investissements crowdlending

Avec la loi Pacte, le PEA PME est désormais ouvert aux titres participatifs et obligations à taux fixe lorsque ces titres sont proposés sur des plateformes de financement participatif ayant le statut de « prestataire de services d’investissement (PSI) » ou de « conseiller en investissement participatif (CIP) », ainsi que les minibons.

Quelle est la fiscalité du crowdlending pour mes investissements ?

Les revenus tirés d’un investissement crowdlending sont considérés comme des revenus du capital. À ce titre, ils sont soumis au prélèvement forfaitaire universel ou Flat Tax à 30 %, regroupant 17,2 % de prélèvements sociaux et 12,8 % de prélèvement fiscal.

Le particulier, s’il détient ses titres participatifs en direct, n’a aucune démarche à faire. En effet, les intérêts sont amputés des 30 % de taxe lors de leur versement.

Notez qu’il est possible par la suite d’opter pour le barème progressif de l’impôt sur le revenu.

Pour les obligations et titres participatifs logés sur un PEA PME, la fiscalité est identique si votre PEA PME est ouvert depuis moins de 5 ans. En revanche, au-delà de 5 ans de détention de votre PEA-PME, vous serez exonéré de l’impôt des plus-values et ne devrez régler que les prélèvements sociaux (17,2 %).

Bon à savoir : en cas de pertes, depuis 2016, les prêteurs particuliers peuvent déduire leurs pertes en capital des revenus tirés de placements crowdlending.

Comment déclarer ses revenus du crowdlending ?

Les revenus du crowdlending sont à déclarer au moment de la déclaration de revenus. Ils doivent figurer dans le formulaire 2042 au sein de la ligne « 2TT », pour « intérêts des prêts participatifs et des minibons » appartenant à la catégorie « Revenus des valeurs et capitaux mobiliers ».

Cette ligne est pré-remplie. Vous n’avez donc, a priori rien à faire. Reste qu’il est recommandé de vérifier que le montant indiqué dans la ligne correspond bien à ce que vous avez touché. Pour cela, reportez-vous à l’imprimé fiscal unique (IFU) que vous avez dû recevoir de la part de la ou des plateformes sur lesquelles vous avez investi.

Les principaux risques du crowdlending à éviter

Le crowdlending : un système de plus en plus encadré pour éviter les abus

Qui dit prêt dit risque ! Le crowdlending s’accompagne d’un risque sur le capital. En théorie, vous pourriez très bien ne jamais revoir les sommes prêtées si la société à laquelle vous avez fait un prêt fait faillite. Quelques règles simples d’investissement existent pour réduire ce risque. Elles sont présentées en détail dans la partie conseils à la fin de cet article.

Pour éviter les abus, un statut spécifique pour les plateformes de crowdlending a été créé : le statut d’Intermédiaire en Financement Participatif (IFP). Pour obtenir ce statut, les plates-formes, obligatoirement basées en France, doivent respecter des conditions statuaires (honorabilité, capacité professionnelle des dirigeants) et organisationnelles (mentions, informations, mises en garde… sur le site web).

Si une plateforme possède ce statut, délivré par l’ORIAS, elle pourra afficher le label « Plate-forme de financement participatif régulée par les autorités françaises », un gage de sécurité pour les consommateurs.

Il est vivement recommandé aux consommateurs de ne pas entrer en relation avec des plateformes ne possédant pas ce label.

L’encadrement de ce type de placement est une mission prise au sérieux par l’exécutif. Ainsi, Emmanuel Macron déclarait dès 2016, alors qu’il était encore Ministre de l’Économie : « Les Fintech ne peuvent être ni un no man’s land, car la finance ne s’est jamais développée sans un cadre réglementaire, ni un secteur sur-régulé. Il va falloir réglementer et réguler différemment, en cheminant aux côtés des fintech et non pas en les précédant, au risque, sinon, de bloquer leur capacité d’innovation. Le défi, pour la puissance publique, sera de disposer d’un cadre réglementaire souple mais sécurisé ».

Le discours n’a pas tellement changé depuis puisque Bruno Le Maire avec sa loi Pacte, a offert un statut juridique aux ICO par exemple, afin d’encadrer et d’accompagner ce type de pratique pour les amener à se développer.

Les minibons pour lutter contre les bons de caisse

Les pouvoirs publics, en plus de la création de statuts visant à protéger le particulier se sont emparés de problèmes inhérents au financement participatif et notamment l’utilisation abusive des bons de caisse, ces bons échangés sur certaines plates-formes et utilisés pour contourner les plafonds d’investissement des particuliers a donné lieu à la naissance des minibons, sorte de bons de caisse. Ces minibons sont émis pour 5 ans. Il s’agit de titres nominatifs comportant l’engagement de l’emprunteur de rembourser le capital, augmenté des intérêts, à échéance déterminée.

Ce nouvel outil a pour vocation d’accompagner le développement du crowdlending. Depuis le 1er octobre 2016, les internautes peuvent prêter de l’argent aux entreprises en souscrivant ces minibons directement auprès des plates-formes de crowdlending relevant du statut de prestataires de services d’investissement (PSI) ou de conseillers en investissements participatifs (CIP). Quelques contraintes existent : ces minibons pourront être émis exclusivement par des sociétés par actions (SA, SAS) et des sociétés à responsabilité limitée (SARL), pouvant justifier d’une existence d’au moins 3 ans et dont le capital est intégralement libéré. En outre, le taux d’intérêt applicable à ces minibons devra être fixe et ne pas excéder celui de l’usure.

4 conseils pour réussir ses investissements crowdlending


Pour réussir ses investissements crowdlending, il est vivement recommandé de suivre quelques règles simples qui vous permettront de minimiser le risque de perte en capital mais également d’optimiser le rendement de votre portefeuille. Suivez le guide !

Multipliez les projets de crowdlending

La sagesse populaire ne conseille-t-elle pas de ne « pas mettre tous ses œufs dans le même panier » ? Ce proverbe est à appliquer au crowdlending aussi. Votre épargne doit être répartie entre plusieurs projets. Mieux vaut prêter 100€ à 10 projets que 1 000€ à un seul. Vous minimisez ainsi le risque. Vous pouvez alors opter entre la répartition équitable de votre épargne entre chaque projet (le même montant pour chacun) ou pouvez arbitrer en fonction du risque, du secteur, etc.

Diversifiez vos choix en matière de secteurs d’activité

Diversifiez les secteurs d’activité : là aussi, c’est le bon sens qui parle. Pour répartir au mieux les risques, investissez dans des entreprises aux secteurs d’activité et situation géographiques variés. Les plateformes proposent des projets dans des champs d’activité très différents, répartis sur tout le territoire, profitez-en ! Privilégiez également les secteurs que vous connaissez et misez uniquement sur les sociétés dont vous comprenez le modèle économique.

Investissez dans des projets plus ou moins risqués

Investissez dans des projets à niveau de risque différents : un projet, selon le secteur d’activité de l’entreprise, le degré de maturité de cette dernière, les investissements nécessaires à son lancement et son développement représentera un risque plus ou moins important. Sachez que plus le risque de défaut moyen est élevé, plus le taux d’intérêt du crédit sera élevé. Pour aller chercher de la performance tout en limitant les risques, il convient de pondérer son portefeuille et de sélectionner des projets émanant d’entreprises plus ou moins risquées en respectant bien le principe de diversification et votre profil d’investisseur. Pas besoin de vous donner des sueurs froides si vous avez une forte aversion au risque !

Choisissez plusieurs plateformes de crowdlending

Choisissez les bonnes plateformes : là encore la diversification est de mise. Sélectionnez vos projets non pas sur une plateforme mais plusieurs. Et profitez de l’expertise et des atouts de telle ou telle plateforme pour vos investissements.

Ainsi Anaxago et Wiseed sont les leaders en immobilier, peut-être serait-il judicieux de choisir un ou 2 projets de crowdlending immobilier via ces plateformes ? Credit.fr propose un contrat groupe pour les emprunteurs en cas de décès-invalidité, incapacité totale et temporaire du dirigeant d’entreprise. Prexem de son côté, a de quoi séduire avec ses fonds de protection qui permettent de compenser tout ou partie des pertes en capital du prêteur dans le cas d’un défaut de l’entreprise emprunteur. Pour protéger les prêteurs, les Entreprêteurs ont mis en place un dépôt de garantie qui peut être mobilisé en cas de défaut de paiement de l’entreprise. Les packs financeurs de Bolden (offres automatisées d’investissement) ou le robot de diversification de Wesharebonds peuvent aussi être une façon originale et pertinente de se lancer dans le crowdlending. Sachez tirer le meilleur de chaque plateforme !

Lire aussi notre dossier complet sur le Crowdfunding et la finance participative

Source des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

#

Derniers Dossiers


pret-relais-credit-court-terme
assurance habitation garanties obligatoires
crowdlending-pret-investir-epargne