Comment bien préparer sa retraite en 2023

Comment bien préparer sa retraite en 2023




La retraite est un sujet universel qui passionne les Français. Tous ont un avis sur la réforme 2023. Alors que 80 % des Français sont défavorables au recul de l’âge légal de départ à la retraite, Café du Patrimoine fait le point sur la retraite, cette période de la vie qui soulève bien des interrogations.

Découvrez dans cet article et en vidéo tout ce qu’il faut savoir sur le fonctionnement du système de retraite, les récentes modifications prévues par la réforme des retraites 2023, les démarches à accomplir pour un départ à la retraite en toute sérénité, les meilleurs placements retraite ainsi que les 5 règles d’or à respecter pour bien préparer sa retraite.

La retraite : une étape de la vie en pleine mutation



Aux yeux des français, la retraite n’est plus ce que c’était !

La façon de penser sa retraite a radicalement évolué ces dix dernières années. En cause : l’allongement de l’espérance de vie et le souci de vivre en bonne santé jusqu’au bout. Cette volonté s’accompagne d’une autonomisation à la fois revendiquée et subie. Les Français veulent désormais être acteur de leur vie le plus longtemps possible, ils veulent et doivent se prendre en charge maintenant et dans l’avenir.

La retraite devient la période à partir de laquelle l’on n’est plus contraint par son travail. Le temps de la retraite est divisé en deux : le temps où l’on pourra continuer à agir et le temps où l’on ne pourra plus. Et l’on concentre son attention et ses projets sur la période où l’on pourra continuer à exploiter ses compétences. Les jeunes retraités sont de plus en plus occupés et maintiennent de nombreuses activités : consulting, bénévolat. La perception de la retraite a donc évolué et le mot que nous employons devient alors peu approprié à cette période qui est tout sauf se mettre en retrait du monde.

La retraite : un sujet important qui inquiète les salariés

En 2008, 58 % des Français pensaient que la retraite ne leur donnerait pas les moyens de vivre comme ils le souhaiteraient. Aujourd’hui, 66 % des Français estiment que leur pension de retraite est ou sera insuffisante pour vivre correctement selon l’Enquête 2022 Cercle de l’Épargne/Amphitéa « Les Français, l’Épargne et la Retraite ». Selon la même étude, plus des deux tiers des Français épargnent en vue de leur retraite et ne comptent donc pas sur leur seule pension de retraite pour conserver leur niveau de vie à la fin de leur vie active.

La retraite par répartition : un système en bout de course



La retraite par répartition : le système de retraite français

En France, le système de retraite par répartition a été institué en 1945 avec les ordonnances créant la sécurité sociale. C’est ce régime qui prévaut encore aujourd’hui en France pour les régimes de base comme pour les régimes complémentaires.

La retraite par répartition, par opposition à la retraite par capitalisation où les actifs épargnent en vue de leur propre retraite, est fondée sur la solidarité entre les générations puisque les cotisations des actifs versées au titre de l’assurance vieillesse sont utilisées immédiatement pour payer la pension des retraités. L’équilibre financier du système repose donc sur le ratio entre cotisant et retraité.

Un régime en déséquilibre pour les Français

Les inquiétudes qu’expriment les Français pour leur retraite future sont basées sur des faits très concrets. Du fait de l’augmentation de l’espérance de vie, du papy-boom, du chômage et d’une entrée de plus en plus tardive dans le monde du travail, le nombre de cotisants par retraités ne cesse de baisser. Ils étaient 4 cotisants pour un retraité en 1960, 1,7 en 2020 et devraient être 1 en 2030 et 0,8 en 2050.

Une baisse du pouvoir d’achat attendue

Cette inquiétude sur le niveau de vie à la retraite est aussi alimentée par les réformes successives du système de retraite qui jouent à la fois sur la durée de cotisation et le montant de la pension. Toutes les réformes des retraites ont eu pour objectif d’inciter les Français à travailler davantage. Mais en comparant les revenus que l’on aura à la retraite en remplacement du revenu d’activité, on ne peut que constater une très sensible diminution du pouvoir d’achat, encore aggravée en cas d’inflation car même si le gouvernement décide une revalorisation des pensions, la hausse pourrait bien être inférieure à l’inflation comme ce fut le cas à l’été 2022 (+4 % avec effet rétroactif au 1er juillet 2022 quand l’augmentation des prix à la consommation augmentait en août 2022 de 5,8 % sur un an) et la hausse concerne uniquement le régime de base. La perte de pouvoir d’achat semble donc inéluctable.

La retraite en France : comment ça marche ? Le fonctionnement de la retraite expliqué en 5 points



1/ Les deux régimes de retraite

Régime général

C’est le régime de base des salariés du commerce, de l’industrie et des services, également appelé « régime général » de la Sécurité sociale. Le régime général est géré par l’Assurance retraite et son réseau (Cnav, Carsat, CGSS, CSS). Il est le plus important des régimes de retraites, classés par profession.

Retraite complémentaire

La retraite complémentaire des salariés dépendant du régime général passe par les régimes ARRCO (Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés) pour les non-cadres et AGIRC (Association générale des institutions de retraite des cadres) pour les cadres. Ces régimes sont obligatoires.

2/ L’âge de la retraite lié aux trimestres cotisés

L’âge de la retraite est défini par le régime général : 62 ans. Mais il diffère de l’âge auquel vous pouvez posséder un nombre de trimestres suffisant pour bénéficier d’une retraite à taux plein : 160 à 166 trimestres pour les assurés nés jusqu’en 1957. Pour les personnes nées entre le 01/01/1958 et la 31/12/1960, cette durée est de 167 trimestre. Pour celles nées entre le 01/01/1961 et la 31/12/1963, la durée est de 168 trimestre, pour celles nées entre le 01/01/1964 et la 31/12/1966, elle est de 169 trimestre, pour celles nées entre le 01/01/1970 et la 31/12/1972, elle est de 171 trimestre. Enfin, pour les personnes nées après le 01/01/1973, cette durée est de 172 trimestre.

C’est à partir de 67 ans que vous pouvez bénéficier d’un taux plein sans durée minimale d’assurance ou si vous vous trouvez dans une situation particulière (inapte au travail par exemple).

3/ La retraite du régime général assise sur les 25 meilleures années

Taux et assiette des cotisations

Part salariale :

  • 6,90 % sur le salaire limité au plafond de la Sécurité sociale (annuel de 41 136 euros pour 2022)
  • 0,35  % sur la totalité du salaire

Part patronale :

  • 8,55 % sur le salaire limité au plafond de la Sécurité sociale
  • 1,85 % sur la totalité du salaire

Montant de la retraite

La retraite est calculée sur la base d’un salaire annuel moyen. Le nombre d’années retenues varie en fonction de l’année de naissance de l’assuré, mais vu que l’année de naissance retenue est 1948, vous devez certainement vous trouvez dans le cas où sont retenues les 25 meilleures années (avant la réforme de 1993, les 10 meilleures étaient retenues).

Ainsi, la formule est la suivante :

Salaire annuel moyen x Taux x (Durée d’assurance au régime général / durée d’assurance maximum)

Le taux plein (ou taux maximum) s’élève à 50 % du salaire moyen, limité au plafond de la sécurité sociale, à savoir 41 136 euros pour 2022. Une décote peut être appliquée si l’assuré n’a pas le droit au taux plein. Le coefficient de minoration dépend de l’année de naissance. Il est fixé à 1,25 % pour les personnes nées après 1952.

4/ La retraite complémentaire fonction de la valeur du point de retraite

Taux et cotisations

Au 1er janvier 2019, le système de cotisation a évolué avec la création du régime Agirc-Arrco. Les cotisations pour la retraite complémentaire Agirc-Arrco sont obligatoires. Ces cotisations sont dues sur les rémunérations de tous les salariés, non-cadres et cadres, cotisant au régime général de Sécurité sociale ou à la Mutualité sociale agricole.

Taux d’acquisition servant au calcul des points à la charge du salarié et de l’employeur par année et par tranche :

2023
Assiette Arrco Tranche 1 : salaire jusqu’au plafond de la SS 7,87 %
Assiette Arrco Tranche 2 : salaire compris entre 1 et 8 plafonds de la SS 21,59 %

Remarques : Certains des secteurs d’activité visés par une convention collective prévoient un taux d’acquisition Arrco supérieur au taux mentionné.

Montant de la retraite

En contrepartie des cotisations prélevées sur le salaire (part salariale + part employeur), des points de retraite sont attribués au salarié. Le taux de cotisation correspond au taux de d’acquisition multiplié par 127 %. Les points de retraite sont calculés à partir du taux d’acquisition.

La formule est la suivante :

Montant brut de la retraite annuelle = Total des points obtenus x Valeur du point de retraite

Depuis le 1er novembre 2022, le point Agirc-Arrco est fixé à 1,3498 euro.

Rachat de trimestres pour valider votre retraite

Il est possible, sous certaines conditions, de valider des trimestres n’ayant pas donné lieu à cotisations, en payant les cotisations correspondantes (ex. : rachat des trimestres correspondant aux études supérieures dans le cadre de la loi Fillon, rachats « Madelin » pour les non-salariés n’ayant pas validé quatre trimestres par année civile d’activité en raison de faibles revenus…).

Les rachats sont possibles dans la limite de 3 années et 140 point par années concernées.

5/ Fiscalité de la retraite : la pension de retraite, un revenu imposé comme les autres

Les sommes reçues dans le cadre de la retraite du régime général et du régime complémentaire Arrco ou Agirc sont imposables à l’impôt sur le revenu (IR), selon la tranche dans laquelle vous vous situez, et aux prélèvements sociaux.

Pour rappel, le barème de l’IR 2023 se présente comme suit :

  • jusqu’à 10 777 euros : 0 %
  • entre 10 778 euros et 27 478 euros : 11 %
  • entre 27 479 euros et 78 570 euros : 30 %
  • entre 78 571 euros et 168 994 euros : 41 %
  • au-delà de 168 994 euros : 45 %

Les prélèvements sociaux s’appliquent différemment entre les régimes général et complémentaire.

Régime général :

  1. CSG : 8,3 %, 6,6 % ou 3,8 % selon votre revenu fiscal de référence
  2. CRDS : 0,5 %
  3. Casa (Contribution de solidarité pour l’autonomie) : 0,3 %

Régime complémentaire :

  1. Cotisation d’assurance maladie : 3,20 % (CTP 441) pour les avantages de retraite de base et 4,20 % pour les autres avantages (CTP 442)
  2. CSG : 8,3 %, 6,6 % ou 3,8 % selon votre revenu fiscal de référence
  3. CRDS : 0,5 %
  4. Contribution de solidarité pour l’autonomie : 0,3 %

La réforme des retraites 2023 : les grands axes




Les contours de la réforme des retraites du second quinquennat du Président Macron ont été dévoilés mardi 10 janvier 2023 par le Premier Ministre Élisabeth Borne. Sans surprise, la réforme des retraites prévoit un allongement de la durée de cotisation et un report de l’âge légal.

D’ici 2030, l’âge légal sera progressivement reporté de 62 ans à 64 ans. Il s’agit de l’âge auquel il est possible de partir à la retraite si et seulement si le nombre minimal de trimestres cotisés a été atteint. Pour toucher une retraite à taux plein sans avoir cotisé le nombre de trimestre requis, le départ à la retraite doit s’effectuer à 67 ans. Il s’agit de l’âge de la fin de la décote qui lui reste inchangé.

La durée de cotisation est également allongée et passera à 43 ans dès 2027 (soit 172 trimestres) pour une retraite à taux plein. La durée de cotisation va ainsi augmenter bien plus vite que ce que prévoyait la réforme Touraine. Les personnes nées à partir du 1er septembre 1961 sont concernées. Les personnes nées en 68 seront les premières à devoir attendre 64 ans avant de partir à la retraite. Le dispositif « carrières longues » demeure inchangé et permettra à certaines conditions de partir à la retraite plus tôt. Une visite médicale obligatoire à 61 ans pour les personnes exerçant une activité pénible pourra également permettre de partir plus tôt à la retraite.

La réforme des retraites 2023 prévoit aussi l’instauration d’une retraite minimum équivalente à 85 % du SMIC net pour tous les retraités actuels comme futurs ayant une carrière complète.

Du côté des régimes spéciaux, c’est le flou qui domine. La clause du grand-père prédomine chez les régimes spéciaux en voie de suppression quand certains régimes spéciaux ne semblent eux pas du tout concernés par la réforme comme l’Opéra de Paris et la Comédie Française, mais aussi les professions libérales ou les avocats.

Quand préparer sa retraite ? Les démarches à effectuer selon son âge




Il est normal de se demander quand préparer sa retraite, comment bien préparer sa retraite, combien de trimestres a-t-on déjà cotisés, combien d’années nous séparent encore de la retraite, quel sera le niveau de la pension et, plus tard, à la fin de la vie active, quelles sont les formalités à remplir pour partir à la retraite. Retrouvez ici, selon votre âge, toutes les démarches qui peuvent ou doivent être effectuées pour préparer votre retraite (régime général et complémentaire) et ainsi envisager la fin de la vie active plus sereinement.

Préparer sa retraite dès le début de la vie active

Vous pouvez créer votre compte personnel sur le site de l’assurance retraite. Il vous permettra de retrouver toutes les informations sur votre carrière.

Pensez à bien conserver toutes vos fiches de paie, contrats de travail, indemnités de chômage, indemnités maladie, etc.

Comment préparer sa retraite à 50 ans

Vérifiez sur votre compte personnel que tous vos trimestres ont bien été pris en compte. Si besoin, demandez la mise à jour de votre relevé.

Vous pouvez grâce à un simulateur évaluer le montant de votre pension.

Comment préparer sa retraite à 60 ans

Si vous ne l’avez pas déjà fait, il devient urgent de consulter son relevé de carrière et de le mettre à jour si nécessaire.

Les indépendants devraient commencer à réfléchir à la transmission de leur entreprise.

Réfléchissez à la fin de votre vie active en prenant en compte tous ces facteurs :

  • votre envie de travailler ;
  • votre âge ;
  • le nombre de trimestres cotisés ;
  • vos droits dans les régimes de retraite complémentaire ;
  • le montant qu’a atteint votre épargne retraite et vos placements retraite.

Vous pourrez alors déterminer à quelle date vous souhaitez partir en retraite. Il est important à la fin de sa vie active de se poser la question non seulement de la date de son arrêt d’activité mais aussi de la prolongation ou non de son activité et/ou de la diminution de son activité.

Comment préparer sa retraite : les dernières démarches à effectuer

4 mois avant votre date de départ à la retraite, vous devez faire la demande de retraite sur votre compte personnel en joignant les justificatifs demandés. Cette seule et unique demande est valable pour l’ensemble de vos régimes de retraite, de base et complémentaire.

Il conviendra également de se renseigner auprès de votre employeur pour respecter le préavis de départ.

Investir pour sa retraite : un passage obligé



La nécessité de se constituer une épargne pour la retraite

Les réformes des retraites successives tendent à allonger la durée de cotisation et à baisser le montant de la pension.

Il est important de savoir que le montant de la pension de retraite est inférieur aux derniers revenus touchés pendant sa vie active. Il est donc recommandé d’une part de baisser ses postes de dépense à la retraite, et d’autre part de préparer financièrement sa retraite.

Il existe un certain nombre de postes de dépenses qui pourront disparaître au moment de la retraite et notamment ceux liés à l’immobilier. Ainsi, il est recommandé d’avoir acheté sa résidence principale et d’avoir fini de rembourser son crédit une fois à la retraite. Il y a également de fortes chances que vos enfants ne soient plus à votre charge et volent de leurs propres ailes quand vous serez à la retraite.

Mais malgré cela, il est essentiel de disposer de suffisamment de revenus pour ne pas être contraint de baisser son train de vie et pouvoir dans un premier temps profiter de sa retraite et, le cas échéant, de pouvoir dans un second temps supporter les coûts liés à sa dépendance. D’où la nécessité de se constituer tout au long de sa vie d’actif une épargne qui apportera des revenus complémentaires à la retraite. L’épargne régulière et sur la durée à travers différents supports financiers est quasiment indispensable.

Combien mettre de côté pour la retraite ?

Il n’est pas évident de savoir combien mettre de côté pour la retraite car le montant variera considérablement selon votre situation personnelle. Selon votre train de vie habituel et selon le montant de la pension de retraite (régime de base + régime complémentaire) que vous allez toucher, le montant à mettre de côté pour votre retraite ne sera pas le même. Il dépendra aussi de ce que vous souhaitez laisser à vos héritiers. Si vous devez compter uniquement sur les revenus de votre capital en vue de transmettre le capital à vos héritiers lors de votre succession, le montant à mettre de côté pour la retraite sera bien plus élevé que si vous décidez de dilapider votre épargne au fur et à mesure, que ce soit sous forme de sortie en rentes ou en capital.

Investir sur l’ensemble des marchés pour bien préparer sa retraite

Pour le financement de votre retraite, il est conseillé d’investir son argent sur différents placements pour une bonne diversification de votre épargne retraite.

Les marchés financiers nous semblent être le meilleur moyen de financement de la retraite. En effet, en se constituant un capital de biens mobiliers, notamment sur les marchés financiers pour pouvoir bénéficier de revenus complémentaires (dividendes des actions, coupons des obligations, etc.) mais aussi piocher dans le capital si besoin en revendant des actifs. D’autant que les sommes épargnées et investies tout au long de la vie active devraient croître de manière exponentielle jusqu’à la retraite grâce à la magie des intérêts capitalisés.

Les actions sont la classe d’actifs qui rapporte le plus sur le long terme. À titre d’exemple, on peut se pencher sur la performance annualisée de quelques grands indices boursiers : + 8,71 % pour le MSCI World depuis sa création en 1987, + 10,5 % pour le S&P 500 sur la période 1957 à 2021 et + 6 % pour le CAC 40 depuis sa création en 1987. En réinvestissant systématiquement les intérêts de ces placements sur les marchés actions, par un effet boule de neige, vous multipliez la performance de votre placement.

Si les marchés financiers sont un incontournable de l’épargne retraite, vous pourrez aussi envisager les investissements dans l’immobilier si vous le souhaitez. En effet, vous pouvez opter pour l’investissement immobilier locatif afin de toucher chaque mois un ou des loyer(s) qui viendront s’ajouter à votre pension de retraite. Cet investissement immobilier peut être fait en direct ou bien par exemple via l’acquisition de parts de SCPI qui vous permettront de toucher des revenus trimestriels.

Investir régulièrement pour lisser le risque et profiter des intérêts capitalisés

Pour préparer sa retraite sans même y penser, il peut être judicieux de mettre en place un plan d’investissement grâce auquel vous investirez à une fréquence donnée la même somme d’argent. Cela vous permettra non seulement de lisser le risque lié à l’investissement sur les marchés financiers puisque vous gommez ainsi le risque de rentrer sur un plus haut, mais cela vous permettra aussi de répartir votre effort d’épargne dans la durée et d’investir durant des dizaines d’années pour profiter de l’effet boule de neige des intérêts capitalisés. Cette méthode, appelée DCA, Dollar Cost Averaging, qui consiste à investir toujours le même montant à la même fréquence peut être dynamiser pour une performance accrue si vous disposez des connaissances et du temps nécessaire. Vous devrez alors réduire les sommes investies si les cours sont supérieurs à leur moyenne sur un nombre d’années données, et augmenter la somme investie si les cours sont inférieurs à leur moyenne.

Développer son patrimoine avec la retraite supplémentaire




La retraite supplémentaire, également appelée « surcomplémentaire », est un complément de prestations, qui vient s’ajouter aux pensions des régimes obligatoires. Il s’agit donc pour les salariés d’épargner en amont pour ensuite gonfler leur retraite le moment venu.

Les acteurs de la retraite supplémentaire

Le salarié peut adhérer à une retraite supplémentaire d’entreprise ou individuelle. Proposée par l’entreprise, elle peut fonctionner selon le système de la répartition ou de la capitalisation. Les employeurs sont libres de proposer ou non un régime de retraite supplémentaire. Elle est gérée par des sociétés d’assurance, établissements bancaires, institutions de prévoyance comme Malakoff Mederic par exemple. Ces organismes peuvent aussi proposer une retraite supplémentaire aux particuliers comme AG2R La Mondiale.

La retraite supplémentaire prévue par un contrat d’épargne retraite souscrit par un particulier quel que soit son statut obéit au régime « à cotisations définies » dans lequel le montant de la pension est lié uniquement aux cotisations versées. Ce contrat d’épargne se divise en deux temps : la phase de constitution et la phase de restitution.

La phase de constitution de votre épargne

La phase de constitution correspond à la phase d’épargne pendant la période d’activité. Avant de débuter la phase de constitution, vous devrez choisir votre solution, le montant que vous épargnez et le type de gestion financière selon votre profil de risque. Vous pouvez opter pour la « garantie de bonne fin », c’est-à-dire que si le travailleur épargnant décède et que le conjoint survivant ne peut pas épargner, la phase de constitution s’arrête.

La répartition de l’épargne entre fonds euros et unités de compte évolue au fil du temps. Au début du contrat, les unités de compte sont plus importantes et vont en diminuant pour privilégier les fonds euros, moins rémunérateurs mais plus sûrs, au fur et à mesure que l’âge de la retraite approche.

La phase de restitution de vos économies

Durant la phase de restitution, l’épargne est placée sur des fonds euros sécurisés. Au moment de partir à la retraite, vous devrez choisir votre type de restitution. Le plus courant est la réversion avec annuités garanties, c’est-à-dire que la personne reçoit une pension fixe jusqu’à son décès. Cependant, de très nombreuses options existent. AG2R La Mondiale par exemple en propose 19, parmi lesquelles la possibilité d’avoir une rente minorée en début de phase de réversion puis majorée à la fin pour palier à d’éventuels frais liés à la dépendance ou, au contraire, la possibilité d’avoir une rente majorée en début de phase de réversion (pour finir de payer un emprunt, partir en voyages tant que l’on peut) et une rente minorée à la fin. Enfin, AG2R La Mondiale propose depuis 2016 une restitution en 3 temps : normale au début (pour voyager, finir de payer un emprunt), réduite au milieu (qui tient compte d’une réduction de l’activité et de la faculté à se déplacer lié à l’âge) et majorée à la fin (pour faire face à la dépendance et aux frais qu’elle implique).

Ce que vous devez retenir : de très nombreuses possibilités existent concernant la phase de restitution d’un contrat d’épargne retraite et les organismes qui les proposent vous aideront à faire le meilleur choix en fonction de votre situation personnelle.

Le meilleur placement retraite : PER ou PEA, CTO ou assurance-vie ?




Les contrats d’épargne retraite, s’ils sont la solution à laquelle on pense spontanément lorsqu’on souhaite se constituer un supplément de revenus à la retraite, ne sont pas la seule réponse. En effet, tous les placements et investissements susceptibles de vous constituer une rente ou même un capital dont vous disposerez comme bon vous semble sont envisageables. Souscrite à titre individuel, la retraite supplémentaire peut notamment prendre la forme d’un Plan épargne retraite (PER), d’une assurance vie ou encore d’un Plan d’épargne en actions (PEA) ou d’un compte-titres ordinaire (CTO).

Pour choisir le bon placement retraite, il est important de prendre en compte son projet, son profil d’investisseur, son horizon d’investissement, et bien sûr les caractéristiques fiscales des différents supports à votre disposition.

Le PER

Le placement retraite le plus évident est bien sûr le PER (Plan Epargne Retraite), ce placement phare de l’épargne retraite qui remplace depuis la loi Pacte tous les produits d’épargne retraite existants.

Le PER est constitué de deux enveloppes : un fonds euros à capital garanti, peu rémunérateur mais aussi sans risques, et des supports en unités de compte, plus risqués mais aussi potentiellement bien plus rémunérateurs. Il est recommandé de jouer sur la répartition entre ces deux enveloppes au cours de la vie du produit pour aller chercher de la performance au début de la vie active sur les UC puis de sécuriser ses plus-values et son épargne retraite sur le fonds euros progressivement au fur et à mesure que la retraite approche.

Le PER, qui permet d’opter pour une sortie en rente ou en capital, permet aussi de bénéficier d’avantages fiscaux non négligeables qui interviennent :

  • soit lors du versement des fonds sur le PER : il est possible de les réduire de son impôt sur le revenu dans la limite d’un certain plafond, variable selon le statut (salarié ou travailleur indépendant) ;
  • soit à la sortie du plan : la part de la rente correspondant aux versements volontaires ou provenant de revenus exonérés est imposée suivant les règles applicables aux rentes viagères à titre onéreux ; si sortie en capital, seules les plus-values seront fiscalisées (flat tax à 30 pourcent ou bien barème progressif de l’impôt sur le revenu + prélèvements sociaux si cela est plus avantageux pour vous).

Notez que le PER est un financement retraite que l’on appelle « placement tunnel » car les sommes épargnées sur ce placement sont bloquées jusqu’à la retraite, sauf exceptions :

  • chômage ;
  • invalidité ;
  • surendettement ;
  • décès du conjoint ;
  • achat de la résidence principale (mais alors il faudra payer l’impôt sur le revenu sur les sommes retirées).

Le PEA

Autres enveloppes qui peuvent être envisagées pour investir sur les marchés financiers et servir de financement retraite : le PEA et le compte-titres ordinaire.

Le PEA est une enveloppe qui permet d’investir sur les marchés financiers avec une fiscalité particulièrement avantageuse puisque au-delà de 5 ans de détention du plan, les gains sont exonérés d’impôt sur les plus-values. Seuls les prélèvements sociaux de 17,2 % restent dus. En revanche, les titres éligibles au PEA font l’objet de fortes restrictions. Sont autorisés dans cette enveloppe seulement les titres de sociétés dont le siège social est situé en Union européenne ou dans un autre État faisant partie de l’Espace économique européen (EEE) et ayant conclu avec la France une convention fiscale. Il est donc possible d’investir en Bourse uniquement dans des actions françaises et européennes ou bien dans des fonds à condition que 75 % du fonds soit investi dans des actions d’entreprises éligibles au PEA. Il est toutefois possible par ce biais d’investir sur les marchés étrangers grâce aux montages que font certains émetteurs sur le mode de réplication des ETF.

Le compte titres

Le compte-titres permet lui aussi d’investir sur les marchés financiers, sans aucune restriction cette fois. Il sera même possible de mettre en place des stratégies d’investissement sophistiquées comme par exemple de pratiquer la vente à découvert en ayant recours au SRD (service de règlement différé). Mais le compte-titres ne présente aucun avantage fiscal. Ainsi, les gains seront taxés à la flat tax à 30 % ou bien, si cela est plus avantageux pour vous, au barème de l’impôt sur le revenu + 17,2 % de prélèvements sociaux.

Notez que ces deux enveloppes permettent d’investir sur les marchés financiers, des marchés potentiellement très rémunérateurs sur le long terme, mais aussi des marchés risqués, sans aucune garantie du capital. Il est donc conseillé, lorsque la retraite approche, de procéder à des retraits pour sécuriser ses plus-values sur un placement à capital garanti.

L’assurance-vie

L’assurance-vie peut tout à fait être envisagé comme un placement retraite. Comme le PER, il permet de répartir son capital sur deux poches : le fonds euros, peu rémunérateur mais sans risque, et les supports en unités de compte, plus rémunérateurs et plus risqués. Là encore, il est recommandé de faire évoluer la répartition entre ceux deux poches en fonction de l’échéance qui vous sépare de votre départ à la retraite.

L’assurance-vie est également un placement avantageux fiscalement. Ainsi, les gains sur vos retraits sont taxés à 24,7 % (7,5 % d’impôt sur les plus-values + les cotisations sociales de 17,2 %) et non à la flat tax à 30 % au-delà de 8 ans de détention du contrat, à condition toutefois que les encours tous contrats confondus n’excèdent pas 150 000 pour une personne seule et 300 000 euros pour un couple. Sachez également qu’au-delà des 8 ans de détention, un abattement de 4 600 € pour une personne seule et de 9 200 € pour un couple est appliqué chaque année sur les gains des rachats, quel que soit le choix d’imposition : IRPP (impôt sur le revenu) ou prélèvement forfaitaire libératoire. Enfin, soulignons aussi que l’assurance-vie comporte en plus de nombreux avantages fiscaux au moment de la succession, variables selon l’âge auquel l’assuré a effectué ses versements.

Les 5 règles d’or pour bien préparer sa retraite



Préparer sa retraite le plus tôt possible

Quel que soit le type de retraite supplémentaire à laquelle vous souscrirez, il est très important de démarrer la phase de constitution très tôt car plus on commence à épargner jeune plus on lisse l’effort d’investissement. L’idéal : dès le début de la vie active ! N’oubliez pas qu’il est important de poser les bases de votre stratégie patrimoniale (dont la retraite fait partie) dès le début de votre carrière. De plus, les jeunes actifs ont généralement une capacité d’épargne et d’endettement conséquente, situation idéale pour démarrer la constitution d’un petit pécule pour ses vieux jours. Mais pas de panique si vous n’avez pas encore commencé ! L’essentiel est que vous vous y mettiez tout de suite. L’investissement sur plusieurs dizaines d’années permet de valoriser son capital en profitant de la magie des intérêts capitalisés. Et chaque année compte. Par exemple, imaginons que X a investi 15 000 euros à 25 ans, avec un taux de 5,5 % par an, et Y a investi la même somme au même taux mais à 35 ans. À 60 ans, X aura un capital de presque 100 000 euros alors que Y aura un capital d’environ 60 000 euros.

Épargner et investir

Il est nécessaire, dès son plus jeune âge, de mettre des sous de côté pour la retraite mais si vous épargnez sans investir, votre effort ne sera pas récompensé à la hauteur de vos sacrifices. Il est indispensable non seulement de mettre des sous de côté, sur un livret épargne par exemple, mais aussi de les investir sur différents placements pour voir votre capital fructifier.

Diversifier son épargne

Pour espérer obtenir un rendement attractif et réduire son risque, il est primordial de diversifier ses investissements sur le marché actions au travers de titres vifs mais aussi de fonds comme les OPCVM ou les ETF, le marché obligataire, notamment via un fonds euros, le marché immobilier, au travers de SCPI par exemple, ou encore l’investissement locatif, voire sur des placements atypiques comme l’investissement dans l’or ou l’investissement dans les crypto monnaies par exemple.

Respecter son profil de risque

À vous ensuite d’effectuer les arbitrages en fonction de votre profil de risque. Votre capital financement retraite doit impérativement être diversifié et compter de nombreuses classes d’actifs mais la répartition entre les différents investissements doit être cohérente avec votre degré d’aversion au risque. Ainsi, les plus frileux auront une part plus importante de leurs encours sur un fonds euros et des SCPI quand les moins averses au risque pourront eux être investis en majorité en actions et posséder une enveloppe crypto non négligeable.

Toujours tenir compte de son horizon d’investissement

Attention, votre profil de risque n’est pas le seul critère qui doit dicter la répartition de votre capital. Vous devrez aussi tenir compte dans la composition de votre épargne retraite de l’horizon d’investissement. Ainsi, il est recommandé au début de la vie active d’opter pour des placements plus risqués, ou par exemple un mandat de gestion offensif, puis au milieu de la vie active de revoir son allocation d’actifs pour diminuer légèrement le risque et se tourner vers un mode de gestion équilibré avant d’opter pour une sécurisation de ses plus-values en optant pour une allocation qui correspondrait à un profil défensif.

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.