Acheter des actions à partir de 10€ et sans commission. Risque de perte en capital*
Le livre ancien : une affaire de passionnés

Le livre ancien : une affaire de passionnés




La cote des livres anciens reste assez stable. La littérature des XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles a la cote.

Nos conseils pour investir dans les livres anciens

Qu’est-ce qu’un livre ancien ?

Il n’y a pas de définition exacte du livre ancien. Aucun consensus ne définit le degré d’ancienneté qu’un livre doit avoir pour être considéré comme antique. Pour certains, ce sont ceux édités avant 1810 inclus. Pour d’autres, la période s’étale entre le XVème et le XVIIIème siècle.

Selon le Conseil Supérieur de Bibliothèques (CSB), « par document ancien, on entend tout document de plus de cent ans d’âge. »

Les livres anciens : une valeur stable

Si un ouvrage peut voir sa valeur grimper de manière exceptionnelle, en revanche il ne se déprécie quasiment jamais, sauf chute brutale de la demande pour un genre bien précis.

Pour estimer la valeur d’un livre vous pouvez vous adresser directement à un expert à travers la CNES, ou le SFEP.

Certains sites internet peuvent vous aider à estimer le prix de votre ouvrage, comme alibris.com ou bookfinder.com.

Les critères de valeur d’un livre ancien

Rareté

Un livre est précieux quand il est rare et recherché par les collectionneurs.

D’après le CSB :

« par document rare, on entend tout document qui ne se trouve dans aucune autre bibliothèque proche ou apparentée, ou pour une bibliothèque spécialisée tout document qui entre dans sa spécialité ».

L’état et qualité de la reliure (couvrure)

Si la reliure est finement travaillée, richement décorée, ou qu’elle provient d’un atelier réputé, le prix d’un livre peut s’envoler.

Les belles reliures dépendent particulièrement de la qualité du cuir (maroquin, basane, etc..) et des fines dorures qui peuvent agrémenter l’ouvrage. Renseignez vous auprès d’un expert pour en évaluer la qualité.

La provenance

Elle se trouve dans l’ex-libris, cette vignette qui permet d’identifier le propriétaire, à l’intérieur de la couverture ou sur la page de garde.

Un livre provenant de la bibliothèque d’un personnage célèbre peut voir sa valeur décuplée.

Le contenu

Le texte et le thème restent des critères essentiels pour estimer la valeur d’un livre ancien.

En général, les bibliophiles bâtissent leur collection autour d’une thématique : architecture, géographie, chimie, histoire, gastronomie, érotisme, ou encore botanique.

Edition originale et première édition

L’article L121-2 du code de la propriété intellectuelle prévoit que « l’auteur seul a le droit de divulguer son œuvre ». Avant cet encadrement par la loi, une œuvre pouvait être publiée sans son consentement.

L’édition originale correspond à la première édition publiée avec le consentement de l’auteur. C’est une garantie de l’origine et de l’authenticité.

La première édition est celle effectuée dans l’ordre chronologique. Elle peut être antérieure à l’édition originale si elle a échappé au contrôle de l’auteur.

Par exemple, la première édition des Maximes de La Rochefoucauld, en 1664, fut l’édition hollandaise par la famille Elzevier. C’est un an plus tard que la version originale a été éditée.

Une édition Princeps est la première édition d’un texte avant l’invention de l’imprimerie (XVème siècle).

La dédicace

Une petite annotation de l’auteur ou un autographe ajoute beaucoup de valeur à un ouvrage.

On peut y voir l’effet de la hausse vertigineuse de la cote des manuscrits et des autographes. Selon le journal Les Echos, une lettre de Proust, qui se vendait 3 000€ au début des années 2000, se négocie aujourd’hui entre 15 000 et 20 000 €.

Où se procurer les livres

Si vous démarrez votre bibliothèque, rendez-vous en priorité dans une librairie spécialisée. Un expert saura vous orienter vers les ouvrages recherchés dans votre thématique de collection.

Vous pourrez aussi trouver votre bonheur dans les salles de ventes aux enchères, à Drouot, Sotheby’s, Christies ou Artcurial.

Adressez-vous aussi aux associations d’experts, telle la CNES ou le SFEP.

Les marchés aux puces et les vides greniers réservent aussi leurs lots de bonnes surprises.

Caroline Bordecq

Les informations de Cafedelabourse.com et de ses publications sont données à titre pédagogique. Elles ne constituent en aucun cas des recommandations d’investissement. Le lecteur se doit d’étudier les risques avant d’effectuer toute transaction. Il est seul responsable de ses décisions d’investissement.