Regroupement de crédits : fonctionnement et conseils

Le 09 septembre 2019

regroupement credit fonctionnement

Le regroupement de crédits peut être une solution pour baisser ses mensualités de crédit ou éviter une situation de surendettement. Découvrez en quoi consiste concrètement cette opération.

Le regroupement de crédits consiste à regrouper plusieurs emprunts en un seul et unique crédit dont la durée et les mensualités sont calculées en fonction de votre budget. Quel est l’intérêt de mettre en place une telle opération ? Quel est son fonctionnement ? Explications et conseils.

A qui s’adresse le regroupement de crédits ?

regroupement credit conseil

Le rachat de crédits s’adresse à tout emprunteur ayant au moins deux crédits en cours de remboursement et souhaitant rééquilibrer son budget. En effet, le fait de n’avoir plus qu’une seule créance à gérer auprès d’un interlocuteur unique permet de clarifier sa situation financière. De plus, le montant des mensualités peut être réduit grâce à un allongement de la durée d’emprunt ce qui entraîne une augmentation du coût total du crédit ou grâce à une diminution du taux d’intérêt global. Le regroupement de crédits peut donc être un moyen d’éviter une situation de surendettement. Il convient alors de calculer son taux d’endettement afin d’en avoir une idée précise.

Cette opération s’adresse également aux emprunteurs qui souhaitent financer un nouveau projet comme l’achat d’une voiture ou la réalisation de travaux dans leur logement.

L’organisme prêteur peut néanmoins refuser une demande de regroupement de crédits pour les motifs suivants : un fichage au Fichier national des incidents de paiement des crédits aux particuliers (FICP), un fichage au Fichier central des chèques (FCC), une situation financière trop dégradée ou le non-respect des critères d’admission.

Principe de fonctionnement du regroupement de crédits

Cette solution permet de regrouper plusieurs types de crédits : un prêt immobilier, un prêt personnel non affecté ou un crédit à la consommation, un prêt renouvelable. L’opération est soumise au régime du crédit à la consommation si la part de l’immobilier est inférieure à 60 % du montant total emprunté. Dans le cas contraire, les règles relatives au crédit immobilier s’appliquent.

Le rachat de crédits à la consommation peut se faire auprès d’un organisme financier spécialisé, d’une banque ou d’un courtier. Il permet à l’emprunteur de réaliser d’importantes économies, notamment lorsqu’il inclut des crédits renouvelables qui sont généralement associés à des taux d’intérêt élevés. Des indemnités de remboursement anticipé (IRA) doivent souvent être versées à l’établissement prêteur dès lors que le montant de l’opération excède 10 000 euros sur 12 mois. Celles-ci sont toutefois plafonnées à 0,5 % du montant remboursé si le prêt se termine dans moins d’un an, à 1 % dans les autres cas. Il faut savoir que les découverts bancaires et les crédits renouvelables ne sont pas soumis au paiement d’IRA.

Dans le cas d’un rachat de crédit immobilier, l’emprunteur devra régler à l’établissement prêteur une somme généralement équivalente à 3 % du capital restant dû ou 6 mois d’intérêt sur le capital remboursé au taux de l’emprunt. À cela s’ajoutent les frais de garantie (hypothèque ou cautionnement), les frais de dossier (qui peuvent être négociés) et d’éventuels frais de courtage.

5 conseils pour trouver la meilleure offre de crédit

Ces cinq conseils pourront vous aider à trouver la meilleure offre de regroupement de crédit.

Solliciter plusieurs organismes financiers

Établissements bancaires, courtiers, banques en ligne, assureurs… De nombreux acteurs sont spécialisés dans le regroupement de crédits. N’hésitez pas à utiliser un comparateur en ligne pour faire le tri, gagner du temps et faire des économies. Pour obtenir des conseils personnalisés et un accompagnement dans la constitution de votre dossier, vous pouvez aussi faire appel à un courtier comme Partners Finances par exemple.

Étudier la rentabilité de l’opération

Le rachat de crédits n’est pas toujours rentable. Si la différence entre le taux pratiqué et le nouveau taux de l’opération est égale ou supérieure à 1 %, le jeu peut en valoir la chandelle. Pour vous faire une idée précise des taux pratiqués actuellement, consultez les baromètres des taux et faites des simulations.

Gagner du temps en préparant ses documents

Pensez à préparer à l’avance l’ensemble des documents demandés par la banque (justificatifs de revenus, de domicile, relevés bancaires, tableaux d’amortissements…) qui pourra alors traiter votre demande dans les plus brefs délais.

Ne faire aucun versement avant la validation de l’opération

La loi protège les emprunteurs en précisant que les organismes de crédit ne peuvent réclamer aucun versement tant que le nouveau prêt n’est pas débloqué. La simulation de regroupement de crédits en ligne reste gratuite et sans engagement.

Négocier le prix de son assurance

L’assurance du nouveau crédit peut coûter plus cher que celle du précédent. Il est possible de négocier le prix de l’assurance emprunteur en faisant jouer la concurrence. Si le contrat de groupe proposé par votre nouvel établissement ne vous convient pas, optez pour une assurance de prêt individuelle prévoyant des garanties au moins équivalentes.

Sources des images : Freepik

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

#

Derniers Dossiers


pret-immobilier-baisse-taux-credit
immobilier-investir-dans-neuf
impot-sur-le-revenu
impots-enfant-economie-argent