Investir dans le vin pour diversifier son patrimoine

Le 03 octobre 2019

investir-turbo-valeur-bourse

investir-vin-placement

Investir dans le vin peut se penser comme un investissement long terme qui permettra au particulier connaisseur de diversifier ses avoirs tout en se faisant plaisir. Découvrez les différentes façons pour l’investisseur particulier d’investir dans le vin, leurs particularités, atouts et inconvénients.

Investir dans le vin soi-même et en direct : la méthode old school

L’investissement dans le vin en direct, plutôt confidentiel, est réservé à des connaisseurs disposant de temps pour chercher de bonnes bouteilles et d’espace pour les stocker.

Investissement dans le vin : quels cépages et vignobles acheter ?

Plutôt que d’essayer de dénicher des petites bouteilles en grande quantité, miser sur le nom et les meilleurs millésimes. Les grands crus bordelais ou bourguignons sont les plus susceptibles de s’apprécier. De fait, les investisseurs sont souvent rassurés par les appellations les plus prestigieuses, dont la production annuelle est invariable : seulement 15 000 à 20 000 caisses de Lafite Rothschild et quelques centaines de caisses de Romanée-Conti. Certaines étant bues au fil du temps, la rareté des bouteilles va grandissant.
investissement-vin
Face aux prix astronomiques des premiers grands crus classés, il peut être particulièrement judicieux de se tourner vers des « super seconds » qui coûtent entre 60 et 200 euros la bouteille. Le Bordeaux reste une valeur sûre (entendez, facile à revendre) mais les connaisseurs pourront aussi se tourner vers la Bourgogne et la vallée du Rhône. Les guides Parker ou Hachette peuvent aussi vous aider à vous orienter.

Attention : investir dans le vin, c’est envisager sa cave comme un placement financier et, à ce titre, respecter les règles élémentaires de diversification en matière d’origine géographique et de millésimes.

Investir dans le vin : où s’approvisionner pour acheter ses bouteilles ?

Pour vous approvisionner, il y a les primeurs qui permettent généralement de réaliser de bonnes affaires. Les primeurs consistent à acheter au vigneron peu après la récolte alors que le vin est encore en cours de vinification, la livraison s’effectuant à une date ultérieure.

Vous pouvez également vous fournir directement chez le producteur ou le caviste selon votre lieu de résidence, votre mobilité et le temps dont vous disposez.

Les ventes aux enchères sont un autre moyen de vous approvisionner. Le prix des produits y est environ 20 à 50 % plus bas que dans les circuits de distribution classiques. Si vous avez un capital important à investir, alors n’hésitez pas à aller chez Christie’s, Sotheby’s, ou l’Hôtel Drouot.

Mais vous pouvez aussi aller faire un tour sur le site d’enchères eBay. Il est assez fréquent d’y trouver de bons millésimes des Petrus, Lafite, Latour ou Yquem.

En 2007, chez Sotheby’s, un Lafite 1982 acheté 323 euros en 2003 s’est revendu 1 100 euros, soit +240 % en 4 ans. La plupart des investisseurs gardent leurs bouteilles en cave en moyenne 3 ans avant de les revendre.

Attention : en achetant à des particuliers, il est impossible de s’assurer que les bouteilles ont été conservées dans de bonnes conditions.

Bon à savoir : préférez toujours les caisses aux bouteilles. Le risque de contrefaçon est plus faible et les caisses de 6 unités sont plus faciles à revendre que les bouteilles à l’unité.

Cave à vin et assurance habitation conseillées pour les investisseurs

Si vous décidez d’investir en direct dans des bouteilles et de réaliser vous-même le stockage de vos bouteilles, une bonne cave est un impératif, sous peine de voir vos bouteilles s’oxyder et votre investissement se déprécier à vitesse grand V. Une bonne cave, c’est un local qui associe faible variation de température et taux d’humidité suffisant.

Il sera aussi vraisemblablement nécessaire de réajuster votre assurance habitation pour étendre les garanties et protéger vos précieux flacons.

Quelle fiscalité pour mes bouteilles de vin ?

Il n’y a pas d’impôt sur la plus-value sur ce type de placement s’il s’agit d’un passe-temps et si les cessions unitaires sont inférieures à 5 000 euros. Sinon, vous devrez vous acquitter d’un impôt sur la plus-value de 36,2 %. Un abattement de 5 % par an est applicable à compter de la 3ème année.

Cave à vin sur Internet : caractéristiques et mode d’emploi

Une myriade de sociétés a fleuri sur Internet, proposant de gérer pour vous votre cave à vin.

placement-investir-vin

Quel fonctionnement pour sa gestion de cave via Internet ?

Elles sélectionnent pour vous les vins offrant un potentiel de hausse, se chargent de stocker directement dans leurs caves vos vins et vous alertent sur l’évolution du cours de ces derniers.

Les sociétés de gestion de cave proposent généralement une offre sans engagements et une offre qui permet de se constituer sa cave avec une épargne programmée (avec un minimum à verser chaque mois, de l’ordre de 50 € environ).

Vous pourrez ainsi acquérir des bouteilles qui peuvent être destinées à être livrées au propriétaire de la cave ou bien destinées à être conservées puis revendues.

Les frais et la fiscalité des sociétés de gestion de cave à vin sur Internet

Outre la marge du négoce, ces sociétés prélèvent des frais de conservation et d’assurance. N’oubliez pas de les prendre en compte dans votre plan d’investissement.

Il faut noter que si l’investisseur choisit de ne pas se faire livrer certaines bouteilles, il ne paiera pas la TVA sur celles-ci.

Investir dans le vin papier : les fonds d’investissements spécialisés

Vous pouvez aussi choisir de souscrire à des parts de fonds d’investissement dans le vin.

Les fonds d’investissement dans le vin gèrent la sélection et les transactions

Ces fonds d’investissement s’occupent de sélectionner divers vins dans le but de les voir s’apprécier dans le temps. Un œnologue décide des achats et des ventes en fonction des tendances des grands crus.

Ces fonds se comptent sur les doigts d’une main. On pourra citer Ecce Vinum Capital, un fonds immatriculé au Luxembourg ou Uzès Grands Crus, un fonds français, agréé par l’Autorité des marchés financiers (AMF) dont la valeur liquidative est établie à partir des prix du Liv-ex.

Les inconvénients des fonds d’investissement dans le vin

Cependant, ces fonds spécialisés cotés à Londres ou aux Luxembourg sont souvent difficiles d’accès, car ils nécessitent un ticket d’entrée conséquent (au minimum 125 000 euros) et affichent des frais de gestion relativement élevés.

De plus, ces fonds affichent des performances relativement hétérogènes, avec une très grande volatilité, et ce malgré les bonnes performances de leur indice de référence : le Liv-ex 100, qui regroupe les 100 plus grands crus classés les plus actifs sur le marché secondaire.

Liv-Ex : performances des fonds d’investissements dans le vin

graphique-liv-ex-grands-crus

Source : liv-ex.com

À savoir : depuis plusieurs années, le marché des Grands Crus, totalement décorrélé des milieux financiers, connaît une forte progression. Ainsi, le LIVEX est passé de 236 à 309 sur 5 ans (30 juin 2014 au 30 juin 2019), soit une progression de près de 31 %. Dans le même temps, le CAC a baissé de -15 % environ. Il n’existe hélas aucun fonds de gestion passive se contentant de répliquer la performance de l’indice Live-ex 100.

La fiscalité des fonds d’investissement dans le vin

Les fonds d’investissement dans le vin sont régis par la fiscalité des valeurs mobilières et sont donc assujettis à la Flat Tax de 30 %.

Investir dans un groupement foncier viticole (GFV)

Investir dans un GFV est un placement dans un bien tangible : une portion de vignoble d’Appellation Origine Contrôlée (AOC). Ce placement possède deux atouts très sécurisants pour l’investisseur :

  • la production de vins français ne peut être réalisée ailleurs que dans les vignobles  français et le secteur du vin a toujours résisté aux crises économiques ;
  • les meilleurs vins français continuent d’attirer les plus grandes fortunes du monde  entier, en particulier les Chinois fortunés.

Comment fonctionne l’investissement GFV ?

Chaque investisseur du GFV en devient un associé. L’exploitation du vignoble est confiée à un viticulteur professionnel via un bail à long terme. La valeur ajoutée du GFV repose principalement sur le choix du vigneron.

Chaque part du GFV donne droit à la valeur d’un certain nombre de bouteilles du domaine tous les ans. Par exemple, une part de GFV d’une valeur de 3 000€ du domaine produisant le Châteauneuf du Pape donne droit à six bouteilles par an.

Un arrêté préfectoral fixe ensuite le prix du litre de vin. Le détenteur de part peut être payé en numéraire. Mais celui-ci peut aussi bénéficier de tarifs avantageux sur les bouteilles de son domaine s’il le souhaite. La revente de bouteilles peut alors augmenter la rentabilité du placement. Le rendement moyen de ce placement varie entre 1 % et 4 % par an.

On peut aussi compter sur une plus-value à la revente, surtout pour un vignoble légèrement moins prestigieux, qui jouit d’un plus grand potentiel d’appréciation. Dans tous les cas, il s’agit d’un placement à long terme, avec un horizon d’au moins 5 ans.

Par ailleurs, la fiscalité est également très intéressante. En termes d’impôts sur le revenu, il est possible de générer un déficit foncier rural pour compenser d’éventuels bénéfices fonciers urbains. La valeur des parts représentatives de tels apports est exonérée de droits de succession à hauteur de 75 % dans la limite de 101 897 € et à hauteur de 50 % au-delà de ce seuil.

Les limites de l’investissement GFV (groupement foncier viticole)

Les GFV intéressent une clientèle au patrimoine financier supérieur à 300 000 € en recherche de diversification.

Le ticket d’entrée se situe entre 19 000 € et 105 000 €, de façon à limiter à une cinquantaine, le nombre d’associés par groupement foncier.

Investir dans les vignobles via des sociétés cotées en Bourse ou le crowdfunding

On peut aussi acheter les actions de sociétés en Bourse propriétaires de vignobles, comme par exemple LVMH, qui détient 55 % du château d’Yquem. Le titre LVMH a progressé de plus de 500 % entre juin 2009 et juin 2019. On peut aussi citer Advini (Languedoc-Roussillon et Chablis) dont le cours a progressé de 86 % environ entre juin 2009 et juin 2019.

Outre le mastodonte LVMH, les champagnes cotés en Bourse comme Laurent Perrier ou Vanken Pommery et les sociétés comme Advini (Languedoc-Roussillon et Chablis) ou Cottin Frères (Bourgogne) peuvent être étudiés.

Cela dit, ces derniers moyens retirent l’aspect plaisir d’investir dans le vin. Au moins l’achat direct permet-il de garder la possibilité de se verser un verre de ses placements.

Boire ou s’enrichir, il faut choisir.

Le financement participatif permet lui de garder les options ouvertes. En effet, la plateforme de crowdfunding spécialisé dans le vin wine-funding laisse le choix à l’investisseur : devenir actionnaire ou être remboursé en vin. Cette nouvelle façon d’investir dans des entreprises du vin devrait faire des émules !

Dans tous les cas, quel que soit la ou les forme(s) d’investissement adoptée(s), rappelez-vous qu’il s’agit d’un placement de niche et d’un investissement de diversification qui ne doit à ce titre généralement pas excéder 5 % de votre patrimoine. La prudence reste de mise.

Sources des images : Freepik et Fotolia

Toutes nos informations sont, par nature, génériques. Elles ne tiennent pas compte de votre situation personnelle et ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions et ne peuvent être assimilées à une prestation de conseil en investissement financier, ni à une incitation quelconque à acheter ou vendre des instruments financiers. Le lecteur est seul responsable de l’utilisation de l’information fournie, sans qu’aucun recours contre la société éditrice de Cafedelabourse.com ne soit possible. La responsabilité de la société éditrice de Cafedelabourse.com ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

#

Derniers Dossiers


petit-boulot-arrondir-ses-fins-de-mois
gestion-locative-immobilier
investir-vin-placement